Quelles évolutions pour le secteur du voyage ?

Février : c’est l’hiver, il fait froid, on ressort moufles, bonnets et écharpes et nombreux sont ceux d’entre nous qui préparent et réservent leurs vacances au soleil à la recherche d’horizons au climat plus clément. 

Des voyages à l’étranger de plus en plus en nombreux ?

Plusieurs facteurs impactent et vont impacter le nombre de voyages à l’étranger dans un futur proche. En premier lieu, le cours du pétrole : historiquement bas, il se répercute directement sur le coût du kérosène et permet aux compagnies aériennes de proposer des billets moins chers, ce qui profite aux consommateurs en quête d’évasion. Une situation qui profite également au secteur aérien, avec une hausse de la demande et par conséquent des profits. Couplé à la multiplication des modèles low cost, de la fluctuation bénéfique des taux de change et du retour de la croissance, les indicateurs sont au vert pour la plupart des marchés que nous avons analysés. 

intentioniste voyage

Lorsque l’on écoute ce que les consommateurs en disent, il apparaît clairement un fort désir de voyager à l’étranger.  Du côté des BRICS notamment, où 68% des adultes brésiliens qui ont voyagé l’année passée déclarent « Aimer voyager et découvrir de nouveaux endroits » alors que respectivement 68% et 75% des adultes Russes et Chinois affirment « à avoir tendance à aller dans des endroits différents pour les vacances ». De la même façon, 68% des adultes américains « aiment l’idée de voyager à l’étranger » mais ils ne sont que 37% à l’avoir fait au cours des 12 derniers mois : une opportunité forte pour les acteurs de l’industrie du voyage aux Etats-Unis. 

Le pouvoir des réseaux sociaux 

Si tous les métiers ont été impactés par la transformation digitale et l’émergence des réseaux sociaux, le secteur du voyage pourrait bien en être la figure de proue.  
En effet, s’échapper vers des horizons nouveaux et exotiques sans quitter sa chaise, c’est désormais possible en consultant son flux Facebook, Twitter et/ou Instagram. Les réseaux sociaux seraient-ils la nouvelle destination à la mode, tant le simple fait de consulter son fil d’actualité nous fait voyager au travers des souvenirs partagés massivement par nos amis et autres célébrités ? 
L’analyse du comportement des voyageurs sur différents pays confirme cette tendance : cette cible partage plus souvent du contenu sur les réseaux sociaux que la moyenne des adultes. 

carte voyage réseaux sociaux

En 2015, les Indiens qui sont partis en vacances étaient 63% plus nombreux que la moyenne à consulter des commentaires, avis et tweets. Ils étaient également 23% plus nombreux à partager du contenu avec leurs amis via les réseaux sociaux, à l’instar des Turcs, Portugais, Grecs ou Croates qui présentent des indices supérieurs à 120 sur ce critère. Une pratique qui impose les réseaux sociaux comme un point de contact primordial pour les acteurs du tourisme tant ils sont utilisés par les futurs vacanciers pour déterminer leur prochaine destination.

Comment réservons-nous nos vacances ? 

S’il est bien un secteur d’activité bouleversé par Internet ces 10 dernières années, c’est le voyage.  
Alors que les agences de voyage sont de moins en moins nombreuses à avoir pignon sur rue, les derniers chiffres de l’étude TGI en Grande-Bretagne indiquent que seulement 29% des vacanciers font appel à des agents de voyages ou des tours operator pour réserver leurs vols ou séjours. C’est un tiers de moins par rapport à l’année dernière. Une dématérialisation des réservations particulièrement marquée aux Etats-Unis, où 81% des vacanciers ont déclaré avoir réservé leurs vacances par internet en 2015.  

Des tendances similaires sont observables en Asie et notamment à Taïwan, au Japon et en Chine. Pour l’Empire du Milieu, si le CNRS (China National Resident Survey) affiche une part de 20% de vacances réservées par internet, le chiffre a augmenté de 50% en deux ans, tiré par les usages des jeunes actifs aisés de 20 à 34 ans. 


L’industrie du voyage est un secteur en pleine croissance mais aussi en constante évolution, avec des usages profondément disruptés par la technologie... et ce n’est pas terminé ! Résultat, non seulement les marques doivent faire preuve d’audace et d’adaptabilité, mais leur capacité à prendre le virage du digital est devenu un impératif stratégique. 




Pour plus d'informations

Lorraine Diaz Denis
Business Developper

Appelez-moi 01 47 67 17 87


Carte interactive


Accéder à notre Carte Interactive pour découvrir et comparer des insights de presque 70 pays.
Comparez les insights de 70 pays
En savoir plus