Media Week Report - 25 aout


Cette semaine, le Media Week Report se laisse séduire par Google qui, en pleine opération de charme auprès des éditeurs de contenu, travaille sur un nouvel ensemble d’outils visant à augmenter le taux d’abonnement des éditeurs. Le géant de Mountain View a également annoncé un partenariat avec Walmart pour concurrencer Amazon. Apple entend, pour sa part, investir un milliard de dollars sur les douze prochains mois dans la création de séries originales capables de rivaliser avec les productions des chaînes de télévision ou de Netflix. 


Google teste de nouvelles fonctionnalités aidant les éditeurs à booster leurs abonnements


MWR 25082017


Selon Bloomberg, Google développe de nouveaux outils conçus pour aider les éditeurs de presse à booster leurs abonnements payants. Comme l’a signalé Richard Gingras, vice-président de Google, s’il « est clair que les éditeurs ne peuvent pas vivre seulement de la publicité », il est également clair que le marché est en plein changement.

Google travaille notamment à une expansion d’un service qui met mieux en avant, dans les moteurs de recherche, le contenu bloqué par un paywall, en offrant ce contenu gratuitement via sa plateforme AMP (Accelerated Mobile Pages) – une variante de la fonction « Premier Clic Gratuit ».

Google cherche également à aider les éditeurs à mieux identifier, grâce aux pages AMP, leurs abonnés potentiels, et à déterminer combien ces prospects sont prêts à payer, tout en créant un système permettant aux éditeurs de faire signer leurs prospects plus rapidement. Google, qui teste ces fonctionnalités auprès du New York Times et du Financial Times, serait en discussion avec une douzaine d’autres titres.

Tandis que Google tente de séduire les éditeurs avec ces nouveaux tests, sa plateforme de vidéos en ligne, YouTube, commence à diffuser des breaking news. Si cette initiative semble quelque peu inhabituelle pour ce géant du web, il pourrait être intéressant de voir ce que YouTube compte faire de ses partenariats avec les éditeurs d’info en continu – proposant déjà beaucoup de contenus sur son site – et ce, au moment où Facebook vient marcher sur ses plates-bandes.

Facebook a en effet annoncé, le 9 août, le lancement officiel de Watch, une plateforme mobile dédiée aux contenus originaux en vidéo, qui proposera différentes séries ou programmes courts suivant la vie de personnalités, ainsi que certains événements en direct. « Les gens aiment découvrir des vidéos dans le fil d'actualité, mais ils veulent aussi un endroit dédié où ils peuvent regarder des vidéos », explique Daniel Danker, directeur vidéo de Facebook, dans un communiqué. Dans un premier temps, seule une poignée d'utilisateurs américains auront accès à ce service, et les créateurs seront recrutés par Facebook. D’après Le Figaro, Facebook joue déjà beaucoup de son service de vidéo en direct Facebook Live pour attirer des marques et des personnalités sur sa plateforme et, depuis début 2017, le réseau social monétise sa section vidéo en introduisant de la publicité au milieu des contenus. Avec Watch, Facebook espère désormais récupérer une partie de la manne publicitaire générée par les vidéos en ligne.

 

Google et Walmart : un partenariat dans le commerce en ligne pour contrer Amazon


La bataille pour gagner du terrain dans le commerce en ligne se fait de plus en plus rude et Amazon, qui s’est taillé la part du lion, est en ligne de mire.

Mardi 22 août, Walmart, le numéro un mondial de la distribution, a annoncé qu’à partir de septembre il commercialisera des « centaines de milliers de produits » sur Google Express, la plateforme de livraison à domicile du célèbre moteur de recherche. C’est Marc Lore, responsable du e-commerce pour Walmart, qui a illustré ce choix dans un billet sur le blog officiel de l’entreprise. C’est la première fois, précise Le Monde, que le distributeur américain propose ses articles par le biais d’un intermédiaire.

Google a également révélé que l’utilisation de son service de livraison devenait gratuite, alors qu’elle coûtait jusque-là 95 dollars par an.

Dans une première phase, les clients pourront commander, à travers l’assistant vocal de Google, les articles précédemment achetés ; puis, ils pourront recevoir des recommandations personnalisées basées sur l’historique de leurs achats. Dans un deuxième temps, en début d’année prochaine, il sera possible d’utiliser les commandes vocales pour commander des articles, notamment des produits alimentaires frais, dans les magasins Walmart. 

Le Figaro explique que cette opération profitera à Google et Walmart : si le géant de Mountain View pourra s’appuyer sur ce partenariat pour « crédibiliser » sa plateforme et proposer davantage de produits, Walmart facilitera l’achat en ligne à travers la commande vocale et pourra tirer profit de nombreuses technologies développées par les ingénieurs de Google.

L’objectif commun des deux nouveaux partenaires ? Concurrencer Amazon, leader absolu du e-commerce, notamment dans le domaine des commandes vocales, un secteur en plein essor, explique Re-code

 

Apple, une première étape vers le lancement d’un service concurrent à Netflix ?


Un tel investissement confirmerait les ambitions d’Apple sur le marché du streaming et pourrait constituer, selon Le Monde, une première étape vers le lancement d’un service concurrent à Netflix.  

Avant de s’intéresser à la vidéo, Apple s’est penché sur le streaming musical avec succès, rattrapant en quelques mois la concurrence pour se positionner à la deuxième place, juste derrière Spotify, rappelle Siècle Digital. S’il existe des similitudes entre le service musical d’Apple et ses ambitions dans la vidéo – telles qu’une arrivée tardive sur la marché et les promesses d’un contenu original de qualité – le succès d’Apple sur le marché fort concurrentiel du streaming vidéo semble incertain. Comme l’indique La Tribune, le secteur du streaming vidéo est en effet plus difficile à pénétrer que celui du streaming musical et, contrairement à ses concurrents, Apple ne dispose pas d'une véritable plateforme dédiée à ses programmes – qui seront accessibles sur iTunes et Apple Music.

Par ailleurs, le budget qu’Apple entend consacrer au financement de contenus originaux – un milliard de dollars – est inférieur à celui de ses rivaux (6 milliards de dollars cette année, et 7 milliards en 2018, pour Netflix ; 4,5 milliards de dollars pour Amazon; et une enveloppe 2016 de 2 milliards revue à la hausse en 2017 pour HBO).

De son côté, Netflix a indiqué, à l'occasion de la sortie de sa nouvelle série originale The Defenders, classer ses abonnés, en fonction de leurs goûts, en plus de 2000 catégories différentes, indique Wired. La nouvelle série de Netflix aurait la particularité de faire le pont entre bon nombre de ces 2000 catégories, ce qui lui permettrait de mieux comprendre son audience, et de faire de meilleures recommandations à ses utilisateurs - un enjeu de taille pour Netflix. 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus