Cette semaine, la télé et le web sont au cœur du Media Week Report. Patrick Drahi part à la conquête de BFMTV et se prépare à lancer une nouvelle chaîne d’info aux États-Unis, alors que le site français Atlantico essaye de sortir de la crise. Media Week Report - 3 février | Kantar Media

Media Week Report - 3 février

Cette semaine, la télé et le web sont au cœur du Media Week Report. Patrick Drahi part à la conquête de BFMTV et se prépare à lancer une nouvelle chaîne d’info aux États-Unis, alors que le site français Atlantico essaye de sortir de la crise.

Patrick Drahi se lance à l’assaut de BFMTV et Numéro 23…

Patrick Drahi

La nouvelle était attendue, mais elle n’a pas manqué de faire couler beaucoup d’encre : lundi 30 janvier, Patrick Drahi, propriétaire de SFR, a demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) son accord pour devenir majoritaire dans NextRadio TV, maison mère de BFMTV et RMC, dont il détient 49% depuis 2015. Le magnat des télécoms espère concrétiser ce projet d’ici l’été prochain.

« Les collaborations se passent bien depuis plus d’un an […]. On a considéré que c’était le bon moment pour accélérer le processus. On a une foule de projets de développement ensemble » a déclaré aux Echos Alain Weill, propriétaire des 51% restants et patron de SFR Media. En effet, dans le communiqué officiel de l’annonce, SFR souligne les nombreux partenariats au sein du groupe, comme BFM Sport, BFM Paris et SFR Sport 1. De plus, SFR envisage la création de contenus maison, notamment dans les séries et le cinéma, explique NextInpact.

Mais d’autres rachats sont également en vue: NextRadio TV demandera bientôt au CSA l’autorisation de prendre le contrôle exclusif de la chaîne Numéro 23, dont il détient 39% depuis le printemps dernier.

…et lance une nouvelle chaîne d’info aux États-Unis

Les ambitions de M. Drahi ne se limitent pourtant pas à l’Hexagone : le 13 février, la chaîne d’information internationale i24 News, dont il est propriétaire, sera lancée aux États-Unis. Deux nouveaux bureaux seront ouverts, un à New York et l’autre à Washington. Ils vont employer une cinquantaine de personnes, dans le but d’assurer 4h de direct en prime-time tous les soirs.

Le reste des contenus continuera d’être produit à Tel-Aviv Jaffa par les trois rédactions (en français, en anglais et en arabe). Le tout avec un budget low-cost et l’objectif pour la chaine d’atteindre la rentabilité dès son lancement aux États-Unis.

i24 News mise tout sur son expertise au Moyen-Orient. « Le public américain s’intéresse largement à l’actualité de cette région et nous avons, par ailleurs, une audience plus large aux États-Unis, avec notamment les diasporas moyen-orientales », expliquait au Figaro en novembre Frank Melloul, le PDG de i24 News.

Toutefois, le succès de cette nouvelle chaîne est loin d’être acquis. Le marché américain est très concurrentiel, avec la présence de Fox News, CNN et MSNBC et des acteurs spécialisés dans l’information financière, comme Bloomberg et CNBC. « Dire qu’on va rivaliser avec CNN et Fox News, ce serait arrogant », a expliqué M. Melloul aux Echos. Et d’ajouter : « On veut d’abord apparaître comme une nouvelle chaîne d’info […] et garder notre positionnement neutre ».

Atlantico tente un nouveau modèle

Les temps sont durs pour le site d'information indépendant Atlantico.fr, qui fêtera ses six ans ce mois-ci. « La course à l'audience est absurde. L'audience gagnée avec des contenus plus légers est très dure à monétiser en publicité quand on est comme nous un acteur moyen », le fondateur Jean-Sébastien Ferjou a expliqué au Monde. A son avis, les contenus légers et faciles « abiment les marques de presse » sur le long terme.

Atlantico est donc prêt à changer de modèle économique. Le site lancera dans quelques semaines de nouveaux formats éditoriaux visant ses lecteurs, principalement les CSP +, les cadres et les entrepreneurs. L'accent sera mis sur « les articles les plus informatifs, sur le fond, sur le premium » dans les domaines où le site bénéficie d’un réseau d’experts, comme la macroéconomie, l’analyse d’opinion ou la prospective. Selon Le Monde, Atlantico tente une « voie hybride » intéressante : libéral et classé à droite, moins engagé et tranché que Valeurs actuelles par exemple, sans devenir un site de révélations comme Mediapart.

En même temps que ce changement, Atlantico prévoit aussi le licenciement économique de cinq salariés, dont trois journalistes. Comme Presse News a souligné le 24 janvier, le site « fait le vide » : moins de cinq personnes resteront. Mr Ferjou cherche aussi des partenaires extérieurs. Le tout dans l’espoir d’améliorer une situation difficile : avec des coûts à hauteur de 1,6 million d’euros par an environ et un chiffre d’affaires d’environ 700 000 euros, le site enregistre en effet une perte substantielle.




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus