Media Week Report - 6 octobre

  

Cette semaine, le Media Week Report se penche sur les recettes publicitaires en France au premier semestre 2017, des recettes tirées par le digital qui suggèrent non seulement une explosion d’Internet mais aussi, et surtout, un véritable changement de monde. Conscient que les éditeurs de presse perdent des revenus publicitaires désormais largement captés par Internet, et que leurs problèmes financiers sont parfois aggravés par une trop fréquente gratuité de leurs articles sur le web, Google veut pour sa part aider les medias à recruter des abonnés. Quant à Snapchat, il lance Snapchat Art, une véritable incursion dans le monde de l’art contemporain dans une tentative de se démarquer d’Instagram.


Des recettes publicitaires quasi stables qui voient la chute des médias historiques compensée par le digital


D’après Kantar Media, France Pub et l'Institut de recherches et d'études publicitaires (Irep), l’ensemble des recettes publicitaires nettes engrangées par les médias historiques et Internet a connu en France une quasi-stabilité, au premier semestre 2017, avec une croissance de 0,6%, à 5,122 milliards d’euros – une information reprise, notamment, par Les Echos et Viuz.

Une quasi-stabilité qualifiée, par Les Echos, de stabilité fallacieuse. Une fois écarté l'arbre des recettes engrangées grâce à Internet, en progression de près de 9,8 %, nous dit le quotidien, le soufflé retombe en raison d’un recul cumulé de 4,9 % pour les médias historiques (télévision, cinéma, radio, presse et publicité extérieure).

La télévision (TF1 et M6 notamment, qui ont su faire des propositions éditoriales différenciées) tire relativement bien son épingle du jeu. Avec une baisse de 1% de ses recettes publicitaires par rapport au premier semestre 2016, le média audiovisuel est en effet parvenu à amortir une année complexe liée à l’élection présidentielle, traditionnellement synonyme de report des investissements publicitaires. « Au 1er trimestre 2017, les élections présidentielle et législatives en France ont impacté à la baisse le marché publicitaire. Ce phénomène habituel, surtout en presse et en publicité extérieure, a été particulièrement renforcé par la longueur de la campagne et les incertitudes du scrutin », déclare Florence Doré, directrice marketing de Kantar Media, dans une interview pour media+.

Pour sa part, Internet continue à porter la croissance, notamment grâce au display (+ 17,7%). Pour Philippe Legendre, directeur délégué général de l’Irep, cité par Les Echos, l'évolution des modes de consommation via le replay, la VoD, l’arrivée de nouveaux entrants comme Netflix, Amazon… et, bien sûr la concurrence des vidéos et des Stories sur Facebook, Snapchat, Instagram ont déstabilisé l'offre classique. Pour lui, « plus encore qu'une explosion d'Internet, c'est un changement de monde qu'il faut évoquer. »

En témoigne, par exemple, le marketing d’influence, cet ensemble de pratiques visant à utiliser le potentiel de recommandation des influenceurs. Selon Kantar Media, la part des dépenses d’influence dans le budget marketing, en augmentation, devrait d’ailleurs passer de 9% en 2014 à 21% en 2019. Affaire à suivre !

  

Google met fin au First Click Free et opte pour un échantillonnage flexible plus favorable à la presse payante


Google met en place de nouveaux outils officiellement destinés à améliorer ses relations, traditionnellement tendues, avec les médias en les aidant à attirer des abonnés – le nouveau modèle étant le fruit de longues discussions et de tests avec des organismes de presse comme le New York Times ou le Financial Times.

Parmi les mesures du dispositif détaillé dans un billet signé Richard Gingras, en charge des produits d’information et de produits sociaux de Google, la possibilité, pour les groupes de presse, de choisir le nombre d’articles qu’ils souhaitent proposer en accès gratuit. Cet échantillonnage flexible (Flexible Sampling) remplacera l’obligation pour les éditeurs de respecter un minimum de trois articles gratuits par jour pour être référencé par Google (dispositif connu sous le nom de First Click Free). Les responsables de Google ont par ailleurs assuré que les résultats de recherche ne favoriseraient pas les contenus gratuits par rapport aux contenus payants.  

Les autres nouveautés – permettant notamment de « simplifier l'acte d'achat d'abonnement qui nécessite souvent beaucoup de clics fastidieux » – devront être précisées « pas à pas », reconnaît Richard Gingras. Grâce à l'intelligence artificielle, Google envisage par ailleurs d'aider les éditeurs à profiler leurs abonnés potentiels et à mieux cibler leurs offres. Pour cela, et pour permettre aux éditeurs de contacter directement leurs lecteurs, Google partagera avec eux les nombreuses informations qu'il détient sur le lectorat (mail, nom, adresse...).

  

Snapchat : la réalité augmentée comme œuvre d’art


Avec son nouveau projet Snapchat Art, lancé le 3 octobre, Snapchat ouvre de nouveaux horizons pour la réalité augmentée et les passionnés d’art contemporain. Grâce à cette fonctionnalité, un utilisateur proche d’une installation « virtuelle » pourra activer ce filtre spécial pour visualiser l’œuvre en réalité augmentée, explique Siècle Digital.

Ces œuvres d’art seront situées à des endroits précis. Par exemple, le Rabbit Balloon de Jeff Koons sera visible sur le Champs de Mars à Paris, alors que d’autres créations de l’artiste américain seront disposées à New York, Sydney et Londres. Snapchat Map dévoilera les lieux où se trouvent ces filtres.

Si M. Koons a été le premier artiste à participer, d’autres suivront bientôt l’exemple. Avec un formulaire disponible sur son site, Snapchat elle-même encourage les créateurs à se proposer.

Selon Stratégies.fr, avec cette opération, Snapchat souhaite cultiver sa différence face à la concurrence d’Instagram, de plus en plus rude. Dans cette optique, le réseau au petit fantôme a déployé d’autres fonctionnalités inédites, telles que les outils de retouche et des filtres 3D. 




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus