Social Week Report - 03 Avril

Ruée sur le marché de la vidéo pour Facebook et Twitter cette semaine ! On vous dit tout de l’arrivée très remarquée de Stromae sur Instagram et d’un nouveau compte élyséen qui a fait le buzz auprès des internautes.

LA VIDÉO EN LIGNE DE MIRE

On ne parle que de ça cette semaine : la vidéo, sous toutes ses formes, est dans le collimateur des entreprises innovantes de la Silicon Valley. À en croire Les Echos, la guerre du « live streaming » fait déjà rage entre les applications concurrentes. Pour l’instant, c’est Twitter qui semble donner le ton, en espérant bien « renforcer son rôle de média temps réel » (Le Monde). La diffusion de vidéos en direct sur le site passera par Periscope, une application pour laquelle Twitter pourrait avoir déboursé jusqu’à 100 millions de dollars ! Il s’agit de permettre aux socionautes de filmer et de diffuser en direct des vidéos depuis leurs smartphones, et plus simplement depuis leur PC. Les fondateurs de Periscope parlent carrément de « téléportation » pour les milliers d’internautes qui seront connectés et auront accès à ces flux en direct.

Côté verre à moitié plein, Ben Wood, directeur de recherche chez CCS Insight, pressent l’émergence d’un « journalisme citoyen ». Les internautes pourront en effet retransmettre des vidéos en live, au plus près des événements, et se transformer en chaîne de télévision d’un nouveau genre. Mais le verre semble à moitié vide pour de nombreux observateurs. Comment assurer le contrôle des contenus potentiellement diffamatoires ou de propagande terroriste ? Se pose également la question des droits sur les images, car les internautes pourraient très bien choisir de retransmettre un concert ou un match de football.

La vidéo était aussi au cœur de la conférence annuelle dédiée aux développeurs organisée par Facebook la semaine dernière (Facebook F8). Certes, les commentateurs se sont plutôt intéressés aux annonces de Mark Zuckerberg concernant la nouvelle vie de Messenger – qui va désormais proposer un chapelet d’applications. Pourtant, le directeur de la technologie de Facebook, Mike Schroepfer, a éveillé la curiosité des participants en dévoilant un prototype d’intelligence artificielle particulièrement ambitieux, spécifiquement destiné aux vidéos. Facebook promet que cette nouvelle technologie sera bientôt capable d’identifier le contenu de vos vidéos. En clair, si vous vous filmez en train de faire de la natation, Facebook sera capable de reconnaître cette activité. À la clé, de nouvelles informations sur ses utilisateurs particulièrement précieuses, qui viendront nourrir le fameux algorithme qui décide de vous montrer un contenu toujours plus ciblé.

ON EN PARLE AUSSI

Stromae maîtrise la mise en abyme 2.0 comme personne

Pour espérer se démarquer dans la jungle des réseaux sociaux, il faut faire preuve d’originalité. Une maxime qu’a bien reprise à son compte Stromae, en faisant une entrée très remarquée sur Instagram. L’arrivée de l’artiste belge sur le réseau d’images de Facebook la semaine dernière n’est en effet pas passée inaperçue, aussi bien sur la forme que sur le fond. Pour la forme justement, Stromae a fait appel aux services du dessinateur Sylvain Chomet (Les Triplettes de Belleville), pour nourrir le compte d’illustrations. Sur le profil de Stromae, pas de selfies ennuyeux donc, mais des dessins ironiques le représentant dans un quotidien mi-réaliste, mi-imaginaire. Chaque post est accompagné d’une lithanie de mots-dièses plus ou moins absurdes, qui se moquent gentiment de notre addiction aux hashtags. Sur le fond, c’est encore plus malin, puisque les dessins sont en fait extraits du nouveau clip vidéo du chanteur, qui accompagne la chanson « Carmen » (Racine Carrée). Pour ceux qui ne connaîtraient pas le texte, il s’agit d’une satire acerbe de nos usages… sur les réseaux sociaux. La boucle est bouclée, bravo Stromae !

Les Twittos voient le mal partout

Petites polémiques et grande mauvaise foi autour d’un nouveau compte Twitter ouvert cette semaine par la présidence de la République française ! Communication Élysée, c’est son petit nom, propose depuis lundi d’échanger avec les internautes sur un ton moins formel que le désormais traditionnel compte institutionnel, mais aussi de faire du fact-checking, cette pratique qui consiste à corriger des informations erronées entendues ici ou là. Initiative louable certes, mais les mauvais esprits s’en sont immédiatement pris au logo du compte. Il est vrai que ce dernier est apparu comme étant plutôt mystérieux pour les socionautes, qui n’ont pas tardé à y deviner Krusty (l’affreux clown des Simpson), l’astro-hache de Goldorak, ou pire encore, un avion en chute libre. Le logo a généré un certain nombre de mèmes, dans des interprétations au bon goût discutable. Certains internautes ont également cru utile de s’offusquer du coût exorbitant présumé du logo (102 000 euros), relayé par certains médias. Au point que Communication Elysée a du se fendre d’une explication… disons, peu éclairante. Le logo, qui n’aurait coûté que 500 euros au contribuable français, représenterait un « faisceau de licteur », recouvert d’un bouclier sur lequel sont gravées les initiales RF pour République Française. Pour ceux qui n’ont rien compris et qui grimacent devant leur écran, c’est du côté de la Rome antique qu’il faut aller voir.

Les mâles épinglent aussi

Les hommes débarquent en force sur Pinterest. À l’occasion de son cinquième anniversaire, le réseau social a dévoilé la très forte progression des spécimens masculins parmi ses utilisateurs aux États-Unis (+ 73% en 2014). De quoi réjouir l’entreprise basée à San Francisco, qui cherche à tout prix à se départir de son image de scrapbooking géant pour décoratrices, cuisinières et fashionistas en herbe. Comme pour les Facebook et consorts, la révolution du mobile marche aussi très fort pour Pinterest, qui voit désormais 80% de son trafic provenir des smartphones de ses utilisateurs. Mais alors, à quoi s’intéresse la gent masculine sur le site à épingles ? C’est Business Insider qui nous révèle le pot aux roses cette semaine, et surprise, les hommes sont des femmes comme les autres. Certes, on relève bien quelques belles cylindrées, trophées de pêche ou autres barbecues ingénieux, mais on voit surtout beaucoup de belles coupes de cheveux, de tatouages artistiques, listes de lecture et repas gastronomiques mis en scène. Pinterest continue en tout cas son bout de chemin et est désormais valorisée à plus de 11 milliards de dollars, suite à une nouvelle levée de fonds d’un montant de 367 millions de dollars. Pour rappel, le réseau ne valait que 5 milliards de dollars en mai 2014.




Search article