Social Week Report - 10 juillet

Cette semaine dans le Social Week Report : Facebook évolue à pas comptés, Twitter s’intéresse soudainement à votre âge et les Obama vous donnent une bonne leçon… de communication sur les réseaux sociaux.

Facebook la joue subtile

CapturefCette semaine, Facebook vous invite à vous munir de vos plus belles lunettes pour un jeu des 7 différences particulièrement subtil. Le réseau social a changé de logo tout début juillet. L’aviez-vous remarqué ? On parie que non, tant le changement est bien loin de constituer un total relooking. Si vous êtes un utilisateur régulier adepte de la connexion automatique, il vous faudra même vous déconnecter pour voir apparaître la page d’accueil, et avec elle ce nouveau logo, qui n’a rien de révolutionnaire. Alors pourquoi ce changement a priori mineur ? Pour rendre le logo « plus sympa et accessible » à en croire Josh Higgins, directeur de la création chez Facebook, cité par Le Monde. Résultat des courses : personne ne s’en est rendu compte, ironisent la plupart des commentateurs. Encore plus subliminal, Facebook a également relooké son icône de notifications « amis », celle qui vous prévient qu’un utilisateur souhaite vous ajouter à son réseau. Dans cette nouvelle version de l’icône, déjà visible en France, la femme a changé de coiffure (soit) et est passée DEVANT l’homme. Pour Caitlin Winner, la designer de Facebook à l’origine de ce changement, le symbolisme de l’ancienne icône (l’homme était DEVANT la femme) était évident : la femme se tenait littéralement dans l’ombre de l’homme. On ne sait pas encore si cette initiative fera avancer la cause féministe à travers le monde, mais elle aura au moins le mérite de faire de Facebook une entreprise concernée par la question de l’égalité homme-femme.

Twitter aiguise sa curiosité

annivÀ l’instar de sa grande rivale Facebook, Twitter vous propose désormais de lui confier votre date de naissance. Jusqu’alors, Twitter, contrairement à Facebook, se moquait bien de connaître votre vrai nom ou votre âge. Mais c’est fini ! En intégrant une nouvelle option aux profils des utilisateurs, Twitter voudrait désormais vous inciter à en dévoiler un peu plus, de manière à pouvoir inonder votre timeline de ballons animés le jour de votre anniversaire. Une délicate attention qui va de pair avec des objectifs un peu moins altruistes. En confiant à Twitter ces précieuses données, vous autorisez le site à vous catégoriser dans une tranche d’âge. Ce ciblage toujours plus précis est du pain bénit pour les marques présentes sur le réseau et permet à Twitter de monétiser son audience. Si vous choisissez en toute connaissance de cause de confier au site cette information personnelle sensible, attendez-vous donc à voir apparaître des tweets publicitaires… en plus des jolis ballons multicolores pour lesquels vous pourriez par ailleurs avoir passé l’âge. Et même si vous n’optez pas pour la transparence avec Twitter, ne croyez pas pour autant faire plus jeune que votre âge. Comme le souligne à juste titre Le Figaro, un site Internet, et a fortiori tout réseau social, peut déjà assez finement estimer votre âge grâce à toutes les autres informations que vous lui concédez chaque jour (contacts, pages « likées », etc.).

Selfies en cascade à la Maison-Blanche

whitehouseMême si Barack Obama ne brigue évidemment pas de troisième mandat à la tête des États-Unis – Constitution américaine oblige, la mécanique de communication du couple présidentiel mériterait, au bas mot, un chapitre dans « Les réseaux sociaux pour les nuls ». Dernier exemple en date avec la levée d’une interdiction vieille de 40 ans, celle de ne pas prendre de photos durant les visites publiques de la Maison-Blanche.

Step one : la First Lady en personne en fait l’annonce dans une vidéo très explicite et très décontractée, publiée sur son compte Instagram. On la voit ainsi déchirer une pancarte d’interdiction désormais obsolète (« No Photos or Social Media Allowed »).

Step two : la Maison-Blanche lance le hashtag #WhiteHouseTour, donnant lieu à un déferlement de selfies pris par les Américains et les touristes du monde entier puis postés sur les réseaux depuis la résidence officielle du président, à Washington D.C.

Selon les explications officielles, l’utilisation de moins en moins fréquente des flashs – qui peuvent endommager les œuvres d’art – expliquerait la levée de l’interdiction. Mais la décision est surtout parfaitement cohérente avec la stratégie 2.0 d’Obama, qui a fait entrer de plain-pied la présidence américaine dans l’ère des médias sociaux. Depuis le lancement de sa première campagne présidentielle puis tout au long de ses mandats, le président américain a beaucoup misé sur ces derniers, particulièrement Twitter. Cette nouvelle initiative en est un nouvel exemple. À noter tout de même pour les socionautes les plus à la pointe de la technologie : aucune perche à selfie ne sera tolérée.

Emilie-Lhoste-V1-2

 

 




Search article