Social week report - 11 septembre

L’annonce de la semaine est signée Snapchat, qui serait désormais l’égal de Facebook en termes de vidéos vues quotidiennement. On parle aussi de l’accélération de la monétisation sur Instagram et d’une Barbie moqueuse devenue célèbre grâce aux réseaux sociaux.

4 MILLIARDS DE VIDÉOS VUES CHAQUE JOUR SUR SNAPCHAT

snapchat

4 milliards. Ce serait le nombre impressionnant de vidéos visionnées sur Snapchat chaque jour, soit autant que ce qu’annonçait Facebook en avril dernier. Mieux, le réseau social de vidéos éphémères souligne que le nombre de vues quotidiennes a doublé en trois mois, depuis mars dernier. Et pourtant, Snapchat ne revendique que 100 millions d’utilisateurs, contre 1 milliard pour YouTube et 1,5 milliard pour Facebook.

Cette prouesse a été réalisée à la faveur de nombreux partenariats stratégiques conclus dans les derniers mois. La chaîne de télévision MTV, ainsi que la ligue de Baseball américaine, sont ainsi parmi les dernières en date à s’être engagées à diffuser du contenu sur Snapchat, via les fameuses « Live Stories », qui proposent des vidéos liées à un événement sportif ou culturel.

« Discover », l’autre service phare de Snapchat, est également en pleine croissance, avec des contenus originaux à destination de la génération Y, de laquelle est issue l’écrasante majorité des utilisateurs. Dernière nouveauté cette semaine, la chaîne de télévision américaine Comedy Central, qui diffuse notamment South Park et le Daily Show, va créer des émissions spécialement pour Snapchat. On peut donc s’attendre à une nouvelle augmentation des vues dans les mois qui viennent, d’autant que les élections présidentielles vont générer toujours plus de trafic.

Mais le chiffre annoncé provoque aussi la controverse parmi les commentateurs. En effet, il semblerait que Snapchat comptabilise ses vues à partir d’une seconde – quand YouTube attend environ 30 secondes et Facebook patiente 3 secondes pour décompter un visionnage. Les chiffres annoncés par Snapchat sont-ils pour autant faussés ? Quand on sait que les vidéos diffusées sur l’application sont strictement limitées à 10 secondes, la moindre seconde fait la différence.

ON EN PARLE AUSSI


Instagram passe la seconde

instagramInstagram n’aura pas attendu longtemps pour déployer la suite de sa stratégie d’ouverture aux annonceurs. Après avoir annoncé la semaine dernière que l’application accepterait désormais les formats rectangle et paysage, en plus du sacro-saint carré qui a fait son succès, on apprend que le réseau va étendre son champ d’action aux annonceurs de 38 pays. Jusqu’ici, seuls 8 pays étaient concernés. En parallèle, les possibilités pour les marques désirant s’adresser aux 300 millions d’utilisateurs actifs d’Instagram seront élargies, avec l’apparition de spots vidéos publicitaires pouvant aller jusqu’à 30 secondes – contre 15 auparavant. Un format premium, baptisé « Marquee », sera également proposé. Il sera en outre possible pour des e-commerçants de renvoyer les internautes directement vers un achat. Pour rappel, les premières publicités ont fait leur apparition en France il y a seulement 6 mois. Mais Instagram a mené des tests tout l’été sur ces nouvelles fonctionnalités, avec des entreprises de diverses tailles, et ils se seraient révélés concluants. Bilan (sans surprise) : des demandes importantes émanant des secteurs du commerce électronique et de détail, du voyage, et du divertissement. Côté utilisateurs, on est évidemment moins enthousiaste, et on s’attend à avoir les timelines inondées de publicités en tout genre. La fin d’une époque…

Barbie en vacances

barbieUne Barbie hipster fait beaucoup parler d’elle cette semaine. On la voit partout, depuis le très sérieux Guardian, jusqu’aux pages du Parisien en France. Le compte Instagram de l’iconique poupée de plastique, ouvert durant l’été par une photographe américaine restée pour l’heure anonyme, dénonce gentiment nos travers sur les réseaux sociaux, notamment lorsqu’il s’agit de nous mettre en scène lors de voyages au bout du monde ou pendant un brunch chic entre amis. @socalitybarbie reprend donc à la perfection ce qui fait le succès d’Instagram : des photos léchées, filtrées juste comme il faut, et des poses étudiées sur fond de nature, dans des endroits à la mode ou en toute intimité. La satire se fait plus piquante dans les légendes accompagnant les clichés, mélange de réflexions pseudo-métaphysiques et d’autocongratulation dont les comptes Instagram parmi les plus populaires regorgent. Il faut croire que les utilisateurs du réseau ne manquent pas de second degré puisqu’ils sont déjà 1 million (+300 000 en trois jours !) à suivre les aventures de cette Barbie plus vraie que nature.

 

Emilie-Lhoste-V1-2

 




Search article