Social Week Report - 12 février

Le Super Bowl 50 s’est joué en grande partie sur les réseaux sociaux. Mais qui, à part les Broncos de Denver, a vraiment gagné le match de ce début d’année ? Le Social Week Report vous raconte tout. À lire aussi : la fin de l’aventure Free Basics de Facebook en Inde et les gros mots sur Internet, nouveau cheval de bataille de Twitter.

ET LE GRAND GAGNANT DU SUPER BOWL 50 EST…

…BEYONCÉ

Comme tous les ans, la finale du Super Bowl se jouait moins sur la pelouse que sur les écrans du monde entier et sur les réseaux sociaux, où des millions d’internautes n’avaient d’yeux que pour le fameux show musical de la mi-temps. Assuré – en théorie – par le groupe Coldplay, la performance la plus commentée fut de loin celle Beyoncé, qui n’avait pourtant que le statut d’ « invitée » ce dimanche soir.

Les chiffres sont sans équivoque : avec 147 000 tweets à la minute pendant et durant les minutes suivant sa performance, la chanteuse américaine a surclassé Chris Martin et son groupe, qui ont plafonné à 83 000 tweets/minute. Un plan marketing parfaitement orchestré, puisque Beyoncé en profitait pour lancer la mise en vente des places de sa nouvelle tournée mondiale, « Formation », du même nom que la chanson interprétée, forcément.

Si les annonceurs se sont, comme d’habitude, emparés de l’événement pour s’adresser aux millions d’Américains massés devant leur petit écran, le bilan de cette 50e édition du Super Bowl est dans l’ensemble décevant. L’audience s’est inscrite en baisse par rapport à l’année dernière. Elle reste la troisième plus élevée de l’histoire de la télévision américaine, avec tout de même 111,9 millions de téléspectateurs. Kantar Media US vient d'ailleurs de publier l'analyse publicitaire complète des évolutions sur la période 2011-2015.

Pour Twitter et Facebook, c’est un peu la soupe à la grimace. Facebook a revendiqué plus de 200 millions de contenus (statuts, commentaires et «likes») publiés à l'occasion du match, par 60 millions de personnes. C'est moins bien qu'en 2015, où plus de 65 millions d'internautes avaient publié en ligne 265 millions de contenus. De plus, les internautes se sont plaints du dispositif exceptionnel mis en place par le réseau social, le Sports Stadium, qui aurait rencontré des difficultés techniques pendant la soirée. La tendance est encore moins bonne pour Twitter : 16,9 millions de tweets auraient été publiés à propos du Super Bowl, en baisse d’un gros tiers par rapport à l’année dernière.

ON EN PARLE AUSSI

L’Inde ne veut pas d’un Internet à la sauce Facebook

L’Inde a fini par trancher. Après des semaines passées à s’écharper dans les médias, le divorce entre le pays et Facebook est consommé. L’objet de la discorde : Free Basics, le service d’Internet gratuit de Facebook, partie prenante du projet Internet.org, dont le but affiché est de favoriser l'accès à Internet pour tous. Le service, qui avait été suspendu préventivement en Inde depuis décembre pour être soumis à une consultation publique, a tout bonnement été interdit par décision de l’Autorité régulatrice des télécoms ce lundi 8 février. Dans ce dossier sensible, deux argumentaires se font face. D’une part, la firme américaine, qui envisage Free Basics comme un service public (dixit Mark Zuckerberg) permettant au plus grand nombre d’utiliser Internet gratuitement. D’autre part, les autorités indiennes, qui considèrent Free Basics comme un service n’offrant qu’un accès discriminé à Internet et qui pourrait par ailleurs empêcher l’émergence de plus petits opérateurs. L’Inde aura cette fois eu le dernier mot, offrant une victoire aux détracteurs de Facebook et aux partisans de la neutralité absolue du Net. En tout, une quinzaine de pays, dont le Kenya, le Ghana, l’Afrique du sud ou encore l’Irak et le Pakistan, disposent déjà du bouquet Free Basics.

Twitter veut mettre fin aux abus

Le harcèlement sur les réseaux sociaux est devenu un véritable fléau. Anonymes et célébrités sont nombreux à dénoncer les abus subis sur les différentes plateformes du web mais aussi à critiquer l’impuissance de Twitter, Facebook et consorts. Dernièrement, le chanteur Christophe Willem a fait les gros titres en annonçant son retrait de Twitter, où il était harcelé et insulté quotidiennement. À l’occasion du Safer Internet Day (Internet Sans Crainte) cette semaine, Kantar Media a comptabilisé pas moins de 200 456 insultes sur une sélection de blogs, sites et forums, soit 140 par minutes, en seulement 24 heures. Si le problème est pris très au sérieux par les réseaux sociaux, ces derniers doivent faire face à une équation complexe : comment concilier liberté d’expression en évitant toute accusation de censure et vigilance sur les contenus haineux et potentiellement délictueux ? Certes, les utilisateurs ont déjà la possibilité de signaler un contenu indésirable. Mais ces mesures sont unanimement jugées trop peu ambitieuses pour répondre à ce défi majeur. Twitter a donc annoncé cette semaine la création d’un Conseil de la protection des utilisateurs (Twitter Trust & Safety Council) « composé de représentants du monde associatif », qui seront régulièrement invités à signaler et supprimer tout contenu qui ne respecterait pas les termes d’utilisation du service. Cette nouvelle initiative suffira-t-elle à faire disparaître les trolls et faire d’Internet un espace public plus sûr ?

Le Social Week Report prend des congés la semaine prochaine et vous donne rendez-vous le 26 février prochain pour votre dose d’actu 2.0.

Emilie Lhoste

Emilie-Lhoste-V1-2
Emilie-Lhoste-V1-2

Emilie-Lhoste-V1-2


Emilie-Lhoste-V1-2
Emilie-Lhoste-V1-2


Search article