Social Week Report - 19 août

Cette semaine, le Social Week Report vous dit tout de la problématique de la diversité chez Snapchat et chez Facebook. Jeux olympiques oblige, on parle aussi sport, avec le football américain sur Twitter et l’Apple TV et la popularité de Snapchat pendant ces olympiades brésiliennes.

LE CASSE-TÊTE DE LA DIVERSITÉ N’ÉPARGNE PAS LES RÉSEAUX SOCIAUX

Facebook diversité

La récente polémique sur un nouveau filtre de Snapchat jugé raciste a relancé le débat sur le manque de diversité au sein des entreprises star du Web 2.0. L’application au petit fantôme a en effet provoqué un tollé parmi les internautes suite au lancement d’un filtre qui transforme les visages des utilisateurs en leur donnant, selon ses détracteurs, « des traits asiatiques caricaturaux ».

Le filtre en question a immédiatement été retiré de la plateforme, mais l’incendie n’est pas pour autant éteint. Plusieurs commentateurs, dont le reporter du New York Times Mike Isaac, ont pointé du doigt le faible nombre d’employés issus des minorités chez Snapchat. Selon lui, la présence dans l’entreprise d’un personnel aux origines plus variées pourrait en effet empêcher ce genre de bourde retentissante.

Le Washington Post a enfoncé le clou, en rappelant que Snapchat n’a pas encore rendu publiques ses statistiques internes sur la diversité, au contraire de ses principaux concurrents, Facebook et Twitter, qui se prêtent tous deux à l’exercice. Dans un entretien à Recode en 2015, le PDG de Snapchat, Evan Spiegel, expliquait que classifier les gens selon leur appartenance à une minorité « n’est pas très sympa » [sic], tout en reconnaissant qu’il « aurait dû » être en mesure de fournir des éléments chiffrés plus précis.

Mais la complexité du problème aux États-Unis semble même défier l’approche statistique et les stratégies les plus proactives. Il y a deux ans, Facebook avait essayé d’encourager ses recruteurs à embaucher plus de candidats appartenant à des minorités, à travers un système de points bonus et de primes.

En dépit de cette bonne volonté, le géant de Menlo Park peine toujours à progresser, souligne le Wall Street Journal. Ses chiffres, publiés le mois dernier, montrent que seuls 4% de ses employés aux États-Unis sont d’origine hispanique, alors que les Noirs américains ne représentent que 2% du personnel !

Pourtant, des employés issus de la diversité pourraient représenter un véritable atout en termes d’innovation et de marketing dans un secteur de plus en plus concurrentiel et friand de nouveaux utilisateurs. Comme l’avait déjà remarqué Tracy Chou, ingénieure chez Pinterest, en 2014, « la qualité, la pertinence et l’impact des produits […] pourront être améliorés seulement si les gens qui les créent reflètent leurs utilisateurs sur le plan démographique ».  

ON EN PARLE AUSSI

Le foot américain et Apple en passe de sauver Twitter ?

C’est la rumeur de la semaine : selon le New York Times, Twitter serait en discussion avec Apple pour intégrer son application à l’Apple TV. L’Apple TV, pour les néophytes, c’est cet appareil qui permet la communication sans fil entre un ordinateur, un téléphone, une tablette et un écran de télévision. En bref, ce qu’il se passe sur votre tablette ou votre PC portable apparaît directement sur votre poste, une fois l’Apple TV installée. Si la transaction devait aboutir, il serait donc possible de diffuser le contenu live de Twitter directement sur sa télévision. Ce n’est peut-être pas LE coup de maître attendu pour relancer le site de microblogging, mais le partenariat pourrait tout de même faire mouche. En effet, Twitter a remporté en avril dernier les enchères pour la diffusion en direct des dix matchs du championnat de la ligue football américain (NFL) du jeudi soir à partir de la rentrée. L’accès sera gratuit et Twitter disposera d’une exclusivité partielle sur la vente de publicités durant ces événements. Si Twitter devait être intégré à l’Apple TV, ce sont autant de téléspectateurs américains qui pourraient tomber dans les filets du réseau social, toujours en manque de nouveaux utilisateurs. Selon Forbes, la base des utilisateurs de l’Apple TV pourrait ainsi dépasser les 35 millions en 2018. Les investisseurs ont en tout cas salué la nouvelle comme il se doit : le cours de l’action Twitter s’est apprécié de presque 7% dans les échanges après clôture, franchissant la barre des 20 dollars pour la première fois depuis janvier.

Les Snapchatteurs fous des JO

Qui a dit que les millenials n’étaient pas branchés sport ? À en croire le Financial Times, la ferveur des Jeux olympiques de Rio s’est emparée de Snapchat, dont un utilisateur actif sur trois – soit 50 millions de personnes – aurait regardé un contenu lié aux JO lors de la première semaine de compétition. Il faut dire que le réseau social avait mis le paquet pour faire de l’événement sportif une réussite, en passant des partenariats avec les diffuseurs de plusieurs pays majeurs, donc les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Brésil. Début mai, Snapchat avait également signé un accord avec le principal diffuseur américain, NBC, et Buzzfeed, pour créer une chaîne entièrement dédiée à la compétition sur « Discover ». Cette stratégie ambitieuse semble donc avoir porté ses fruits et Snapchat peut s’en féliciter. D’autant que les grandes marques ont également suivi le mouvement, à l’image du mastodonte de la grande distribution, Walmart, qui a acheté de l’espace publicitaire sur le service « Discover ». Les revenus dérivés seront partagés entre NBC et Snapchat. Alors qu’ont pu voir les accros au réseau durant les 7 premiers jours de compétition ? Pas mal d’athlètes en goguette et en excursions touristiques… C’est notamment le cas de l’équipe masculine de basket nord-américaine, désignée par USA Today la « plus grande équipe Snapchat de tous les temps ». Dans le même temps, les audiences en télévision se sont sensiblement effritées aux États-Unis, NBC faisant état d’une baisse de plus de 15% par rapport aux précédentes olympiades, à Londres. Un dommage collatéral ?



Search article