Social Week Report - 3 juin

Cette semaine, le Social Week Report vous emmène au cœur du premier salon français dédié aux YouTubeuses mode & beauté. Mais on vous parle aussi d’intelligence artificielle sur Facebook, de la nouvelle offre d’Instagram pour les pros et même de l’équipe de France de football !

LA CRÈME DE LA BEAUTÉ SUR YOUTUBE A SON SALON FRANÇAIS

youtube cannes

C’était l’événement du week-end dernier pour les adolescentes françaises accro à YouTube et aux tutoriels mode et beauté. Des dizaines de YouTubeuses parmi les plus populaires dans l’Hexagone étaient réunies à Paris, à l’occasion de Get Beauty, le tout premier salon français consacré au phénomène.

Et la foule était bien au rendez-vous au Parc Floral de Paris, comme l’a constaté Le Monde : près de 10 000 jeunes filles avaient fait le déplacement, accompagnées de parents un peu dépassés par la ferveur (l’hystérie ?) ambiante.

C’est que ces vlogueuses mode et beauté ont réussi à fédérer autour d’elles une communauté de fans prêtes à patienter des heures pour les approcher, cette fois en chair et en os. La plus connue d’entre elles, Marie Lopez alias EnjoyPhoenix (2,4 millions d’abonnés), manquait toutefois à l’appel.

But du jeu pour les participantes ? Aligner un maximum de selfies avec leurs fans et dispenser bises et câlins à la chaîne. Du côté de l’organisation, on se réjouit du succès de cette première édition. Un nouveau salon est déjà prévu l’année prochaine, et l’on espère y voir participer davantage de marques pour qui cette horde de Millenials représente les consommatrices de demain.

Car les tutoriels beauté sont devenus un marché de professionnelles, crucial pour les annonceurs. Avec leur approche de « girl-next-door », les YouTubeuses sont des ambassadrices très efficaces, que les abonnées considèrent souvent comme une amie qui leur dispenserait de bons conseils beauté.

Le public du salon comptait aussi une poignée de YouTubeuses en herbe, venues glaner quelques astuces pour se démarquer sur la toile. Le succès de certaines ne manque évidemment pas de susciter des vocations, même si la concurrence est rude.

Aux États-Unis, certains ont déjà flairé le bon filon et proposent des colonies de vacances avec ateliers de formation à YouTube. En France, il n’existe pas encore de formation dédiée en dehors de celles – réservées à une élite – proposées par la plateforme elle-même. Mais l’idée fait son chemin, à mesure que la carrière de YouTubeur gagne en respectabilité. Même le Pape François semble les adouber, à en croire le Guardian, qui relate une récente rencontre entre le souverain pontife et une poignée de vlogueurs stars. En France, fait hautement symbolique, le terme a même fait son entrée dans le Petit Larousse le 26 mai dernier.

ON EN PARLE AUSSI

L’intelligence artificielle déployée sur Facebook

Cette semaine, Facebook explique au monde entier pourquoi Deep Text, son programme d’intelligence artificielle, va tout changer. Dans un long post, trois responsables passent en revue les contours et les enjeux de ce projet gigantesque, dans lequel Facebook a beaucoup investi. Deep Text sera en charge d’analyser une partie des contenus partagés par les utilisateurs, avec pour objectif de comprendre toujours mieux le langage humain, dans plus de 20 langues. Car Deep Text, c’est ce que l’intelligence artificielle fait de mieux aujourd’hui. Première application concrète : Messenger, où Deep Text est déjà activé. Concrètement, il s’agit pour les « chatbots » de comprendre ce que l’on écrit et ce dont on a besoin, même en cas d’ambiguité linguistique ou de fautes d’orthographe. Mais Deep Text permettra aussi de mieux saisir les centres d’intérêt de ses utilisateurs en analysant et catégorisant les statuts et les commentaires postés. Enthousiaste, Facebook met en avant de nombreux avantages : en automatisant un grand nombre de tâches jusqu’ici dévolues à une équipe humaine, il sera par exemple plus facile de répérer les contenus haineux ou le harcèlement en ligne. Du côté des sceptiques, on s’inquiète pour le respect de la vie privée. Difficile, en effet, d’imaginer que cette technologie innovante ne sera pas mise au service des annonceurs, qui pourront proposer une publicité encore plus ciblée sur la plateforme.

France-Cameroun : TF1 la joue décalé sur Twitter

Plus de 6,3 millions de téléspectateurs pour le match de préparation des Bleus à l’Euro 2016 contre le Cameroun cette semaine et quelques millions de socionautes fans de foot pour le moins interloqués : mais qui est Yolande, la community manager d’un soir qui a pris la main sur le compte Twitter officiel de TF1 ? Car le match de l’équipe de France n’était pas seulement l’occasion d’accueillir un nouveau commentateur en la personne de Grégoire Margotton. TF1 avait décidé de mettre en place une initiative plutôt originale en laissant les clés de son compte officiel à Yolande Maurice, une supportrice anonyme senior, pendant toute la durée du match. Une façon d’encourager les supporteurs les plus connectés à commenter et à réagir en direct. Résultat : des tweets plutôt décalés et assez mal accueillis par les Twittos, qui n’ont eu de cesse de demander que l’expérience soit écourtée. Il faut dire que Yolande, retraitée habitant Périgueux, a proposé un festival de blagues et de jeux de mots durant toute la partie. « Si Paul Pogba est trop bas, il faut prendre Paul Poghaut », « On ne peut pas dire que Manu Paillette soit très brillant ce soir », ou encore « Il a pas trouvé la clé Deschamps ». Gêne, malaise et insultes plutôt que LoL et MDR ont donc émaillé la soirée sur Twitter, sous le hashtag #Yolandecommente. Le lendemain matin, la presse n’est pas plus tendre, Le Figaro évoquant même un « fiasco ». L’initiative sera-t-elle reconduite pendant l’Euro ? Malgré le buzz, il y a de quoi douter… Yolande pourra peut-être envisager une reconversion chez le roi de la blague Carambar, qui a reconnu avoir trouvé son maître en tweetant : « Même nous on n’aurait pas osé ».

Instagram se met à la page… professionnelle

Avec une montée en puissance remarquée auprès du grand public, il n’y avait pas moyen d’y échapper : Instagram devait améliorer ses services aux entreprises. C’est chose faite cette semaine, avec l’officialisation de nouvelles fonctionnalités dédiées aux professionnels. Ces derniers pourront disposer gratuitement d’une page officielle, à l’image de ce que proposent déjà les autres réseaux sociaux, la maison-mère, Facebook, en tête. Ces pages de profils permettront également d’accéder à des données statistiques précieuses, les Insights. Informations démographiques, outils marketing et éléments chiffrés sur les publications seront ainsi enfin disponibles. De plus, il sera possible de booster ses publications pour les mettre en avant dans le fil d’actualités. En termes d’outils, ce n’est pas vraiment la révolution mais néanmoins une mise à jour importante pour Instagram, qui traînait un peu la patte ces derniers mois, tout en revendiquant déjà 200 000 annonceurs actifs sur sa plateforme. Selon Adweek, les fonctionnalités professionnelles seront déployées dès le mois de juin aux États-Unis. D’ici la fin de l’année, tous les marchés du réseau social devraient être concernés.

Emilie-Lhoste-V1-2
Emilie-Lhoste-V1-2

Emilie-Lhoste-V1-2


Emilie-Lhoste-V1-2
Emilie-Lhoste-V1-2


Search article