Social Week Report - 5 août

Cette semaine, Instagram fait les gros titres avec une nouvelle fonctionnalité très inspirée et un arsenal anti-haters. À ne pas rater dans le reste du Social Week Report, l’offensive de LinkedIn dans la vidéo et la mauvaise passe de Vine.

SWR 8-05-16

INSTAGRAM COPIE SNAPCHAT SANS COMPLEXE…

Au moins, Instagram ne se cache pas de piquer les bonnes idées de ses rivaux. Cette semaine, le réseau social de partage d’images a officialisé le lancement de « Stories », qui permet de regrouper plusieurs photos et vidéos dans une publication spéciale qui ne sera visible que 24 heures sur les comptes des utilisateurs. Ça vous rappelle quelque chose ? Les « Stories » sont en effet plus connues pour être une des fonctionnalités phare de Snapchat.

Dans un entretien à TechCrunch, le PDG d’Instagram Kevin Systrom avoue que l’idée de ces « histoires » éphémères n’est pas exactement la propriété de son entreprise. Sans jamais citer l’application au petit fantôme, il évoque tout de même des concurrents dont les innovations méritent d’être saluées. C’est donc sans complexe qu’Instagram invite désormais les utilisateurs à partager leurs « Stories ».

Il faut dire que plusieurs études récentes semblaient pointer une baisse de l’engagement sur le réseau social. Mais les « histoires » d’Instagram seront-elles aussi populaires que celles de Snapchat ? Le PDG y croit et explique que le format de publication actuel d’Instagram n’encourage pas suffisamment les utilisateurs à se rendre sur la plateforme et à y être actifs.

Alors qu’Instagram a fait des beaux clichés travaillés sa marque de fabrique, il est parfois difficile pour l’utilisateur lambda de se sentir à la hauteur. À la recherche de la photo parfaite qui pourra engranger un maximum de « likes », les utilisateurs ont tendance à supprimer leurs publications les moins populaires et à espacer leurs périodes d’activité sur le réseau.

Avec les « Stories », Instagram veut instaurer plus qu’un nouveau format. Les publications ne pourront pas récolter de « j’aime » et en plus d’être éphémère, il sera possible de gérer précisément la diffusion à un nombre restreint de contacts. De quoi stimuler la créativité des adolescents particulièrement actifs sur les réseaux sociaux, tout en leur retirant la pression de la performance à tout prix.

…ET MONTE EN PREMIÈRE LIGNE CONTRE LE HARCÈLEMENT EN LIGNE

Mais les nouveautés chez Instagram ne s’arrêtent pas là. Lundi 1er août, la filiale de Facebook a lancé un nouvel outil pour combattre le harcèlement en ligne, déployé d’abord chez les comptes les plus populaires.

Les vedettes d’Instagram pourront désormais filtrer les réponses de leurs abonnés, désactiver l’option « commentaires » sur certains posts ou même filtrer par mot-clé les réactions des followers. Comme l’explique au Washington Post Nicky Jackson Colaco, responsable « Public Policy » d’Instagram, le but de cette décision est de « faire d’Instagram un endroit sympa, marrant et, plus important, sûr, où les gens peuvent s’exprimer ».

Si cette phase de test s’avère concluante, la nouvelle fonctionnalité sera disponible pour tous les utilisateurs d’ici les prochaines semaines. Les experts ont salué cette initiative, car elle met l’accent sur la responsabilité individuelle : chaque utilisateur pourra en effet décider de ce qu’il est possible de dire, ou non, sur ses posts, en trouvant ainsi un équilibre entre la censure et les propos offensants ou déplacés.

ON EN PARLE AUSSI

Le gratin de LinkedIn en vidéo

Sur LinkedIn, il y a la crème et il y les autres. La crème, ce sont les 500 membres les plus prestigieux du réseau social, parmi lesquels Barack Obama, Hillary Clinton, Bill Gates, Emmanuel Macron ou encore Laurence Parisot. Ces personnalités à forte notoriété sont identifiées comme étant les « influenceurs » de LinkedIn et publient régulièrement articles et tribunes sur le réseau. Pour ce groupe de happy few, LinkedIn lance une nouvelle fonctionnalité vidéo, disponible via une application dédiée, « Record ». Le principe : les influenceurs accèdent à une liste de questions posées par les utilisateurs sur leur page de profil. Ils peuvent ensuite enregistrer une courte vidéo (30 secondes maximum) pour répondre aux interrogations de la communauté LinkedIn. Et enfin, cette dernière est intégrée directement depuis l’application au fil d’actualité de l’utilisateur. En introduisant cet outil d’interactivité avancée, LinkedIn compte bien évidemment en premier lieu stimuler l’activité et l’échange sur ses pages. Mais ce déploiement, pour l’heure limité, s’inscrit dans une tendance plus globale au développement des sessions de questions-réponses (Q&A). Le phénomène est particulièrement dynamique en Chine, mais aussi, plus près de chez nous, sur les sites Quora et Jelly, qui permettent déjà aux internautes d’organiser des sessions sur nombre de sujets. Avec son gisement d’experts en tout genre, imaginez un peu les possibilités que LinkedIn pourrait offrir… Si la fonctionnalité devait s’ouvrir à tous, les employés des entreprises pourraient par exemple s’imposer comme autant d’ambassadeurs d’une bonne stratégie de marque.

Vine : étoile montante en pleine chute ?

Et si Vine était en train de vivre ses dernières heures ? C’est ce que suggère une étude alarmante de Markerly : 52% des plus gros utilisateurs de Vine, à savoir ceux qui comptent 15 000 followers ou plus, ont quitté la plateforme depuis le 1er janvier. En plus, ceux qui restent tendent à poster d’abord leur contenu sur les plateformes concurrentes, comme Facebook, YouTube ou Snapchat. Mais comment expliquer une telle dégringolade ? Tout d’abord, il y a eu l’émergence de nouvelles plateformes à fort taux d’engagement, notamment Snapchat. Ensuite, la courte durée des vidéos, 6 secondes seulement, limite fortement les possibilités d’expression des marques. Enfin, après la nomination de la nouvelle directrice générale Hannah Donovan, au mois de mai, plusieurs pointures de l’entreprise ont quitté le navire, à l’instar du chef ingénieur Ben Sheats et du responsable de l’expérience client Jason Mante. Twitter ne semble pourtant pas prêt à lâcher l’affaire. Un porte-parole de l’entreprise a en effet déclaré à Recode que Vine représentait toujours une partie importante de la stratégie de Twitter. Vine elle-même a récemment tenté de se relancer en ajustant son offre. La nouveauté principale concerne la durée des vidéos, passée de 6 à 140 secondes, dans le cadre d’une « expérimentation » appelée « BeyondtheVine ». La firme proposera également un format de 10 minutes à « certains partenaires ». Toutefois, rien ne garantit que cela suffise pour redorer le blason de l’entreprise, et surtout reconquérir les anciennes stars de la plateforme ainsi que les annonceurs.



Search article