Bien-être et santé, une priorité pour les Français

Quelles sont les bonnes résolutions des Français en matière de bien-être ? Le très pragmatique trio : « Plus de sport, moins de graisses et de sucre » ? Ou de manière plus aspirationnelle, « S’écouter davantage tout en profitant au mieux de la vie » ? Les résultats de cette étude  nous montrent que pour les Français, aspirer au bien-être physique et psychologique n’est pas qu’une bonne résolution vite oubliée…

Penser à soi et profiter des plaisirs de la vie avant tout

Etude consommateur : Bien-être et santé, une priorité pour les FrançaisEn ce début d’année propice à la pensée positive, les Français appliquent la méthode Carpe Diem et sont  59% à déclarer vouloir « s’amuser et profiter des plaisirs de la vie », soit 7 points de plus qu’en 2008. L’apparence, le regard des autres et les diktats de la société passent désormais au 2ème plan, pour se consacrer à l’essentiel : si 69% disent prendre soin de leur apparence et de leur image en général, ils sont de moins en moins nombreux à vouloir « être attirant pour l’autre sexe » (57% soit 10 points de moins qu’en 2008) ou à vouloir « garder une apparence jeune » (54% soit 8 points de moins qu’en 2008). 

Stéphanie Bertrand, Research Manager, analyse cette tendance émergente : « Nous sommes aussi dans le refus des normes sociales,  qui nous dictent l’image que l’on doit donner de soi. Etre attirant, avoir l’air jeune, être élégant pour sortir, tous ces codes perdent du terrain. Il y a comme une revendication d’un droit à l’imperfection. Que j’ai envie de traduire par un paradoxe : celui d’une tendance collective à l’anticonformisme ! »

Les bonnes résolutions, les Français s’y tiennent !

Bien dans leur tête, mais aussi dans leur corps : s’ils ont de plus en plus envie de profiter de la vie, les Français sont aussi de plus en plus soucieux de leur bien-être physique : ils sont aujourd’hui 71% à affirmer faire « vraiment attention à leur santé », soit 10 points de plus qu’en 2008. Cela passe par une augmentation des activités physiques (55%  estiment faire beaucoup d’efforts pour rester en forme, 12 points de plus qu’en 2008, et 50% font de l’exercice au moins une fois par semaine, 4 points de plus qu’en 2008) mais aussi par une alimentation plus saine et des gestes au quotidien qui aident à mieux vivre. Les graisses et les sucres sont troqués contre des compléments alimentaires, des vitamines, des minéraux et des produits anti-cholestérols ! Une fois les kilos de petits fours et de chocolats de Noël avalés, 56% des Français déclarent éviter les graisses (3 points de plus qu’en 2008) et 49% les sucres (2 points de plus qu’en 2008). Dans le même temps, la consommation de produits anti-cholestérol a augmenté de 7 points pour atteindre 42%* en 2014, d’édulcorants et de sucres allégés de 5 points (31%* en 2014), et de produits « enrichis » de 4,5 points (40%* en 2014).

* Parmi les Français ayant consommé un complément alimentaire au moins 1 fois dans l’année.

Des Français moins stressés et plus autonomes dans leur rapport à la médecine

Notre étude indique une diminution du nombre de médicaments achetés contre le stress et les insomnies. 19% des Français sont actuellement concernés par ces achats contre près de 23% en 2010. Et pour soigner les petits maux du quotidien, les Français n’hésitent pas à se tourner vers les médecines douces (26%), et vers les remèdes de grand-mères (39%).

Si une grande majorité de Français continue évidemment à prendre conseil auprès des pharmaciens et des médecins (67%), ils sont aussi de plus en plus nombreux à consulter des sites, les forums et les blogs spécialisés dans le domaine de la santé (24%, soit 10 points de plus qu’en 2008). On recense en tout 7 millions de visiteurs uniques sur les sites spécialisés sur la santé en 2014 ; ces visiteurs y sont allés 2 fois en moyenne, ils y sont restés 11 minutes et ont consulté 8 pages.

Même constat concernant les achats de médicaments en vente libre : 36% des Français considèrent que les produits de santé vendus en grande surface sont aussi efficaces que ceux vendus en pharmacie, et 27% souhaiteraient pouvoir acheter plus de médicaments en grandes surfaces. Le médicament devient peu à peu un produit de consommation comme les autres.



Search article


Pour plus d'informations

Evguenia Novakova
Client Service

Appelez-moi 01 30 06 98 06