Media Week Report - 12 octobre

Cette semaine, le Media Week Report revient sur les mésaventures de Facebook la semaine dernière, mésaventures qui ont fini par éclabousser Google et son réseau social Google +. Snapchat, qui veut creuser l’écart avec la concurrence, profite quant à lui d’une nouvelle stratégie pour envisager une prochaine rentabilité, tandis que Netflix rachète de nouveaux studios de production au Nouveau Mexique et que Comcast prend, comme largement anticipé, le contrôle de Sky.

  

MWR12OCT


Derrière les mésaventures de Facebook et Google se cache l’enjeu des données personnelles

 

Google a reconnu, après avoir volontairement caché cette information plusieurs mois, qu’une faille de sécurité, ayant potentiellement affecté 500 000 personnes, avait touché Google +, réseau social lancé en 2011 pour concurrencer Facebook, entre 2015 et 2018, avant d’avoir été corrigée en mars. Dans la foulée, Google a annoncé la fermeture de Google + pour les particuliers, ainsi que des changements très techniques dont le but est de garantir une meilleure confidentialité des données personnelles.

Il y a quelques jours, c’est Facebook qui révélait avoir été victime d’un grave piratage et d’une faille de sécurité compromettant potentiellement les données personnelles d'au moins 50 millions de comptes (la première enquête dans le cadre du RGDP vient d’ailleurs d’être ouverte, selon La Tribune). D’après Le Figaro, contrairement à ce que pourrait laisser croire ce dernier épisode, ainsi que le scandale Cambridge Analytica survenu en début d’année – lié aux abus d’un partenaire, non à un quelconque problème de sécurité – les piratages sont rares dans l’histoire de Facebook. 

Ce qui est en jeu dans cette affaire – comme dans l’utilisation, par Facebook, des numéros de téléphone de ses utilisateurs pour proposer aux annonceurs des publicités ciblées – ce sont les données personnelles, et leur protection.

Rappelons que, d'après l'étude DIMENSION 2018 de Kantar Media, la protection de la vie privée est une préoccupation de première importance pour beaucoup de Français. Ainsi, seuls un tiers des consommateurs se déclarent prêts à fournir des données personnelles en échange d’un avantage (offre, promotion, meilleure pertinence dans la publicité), et 46% des adultes connectés ne sont pas d'accord pour céder des informations personnelles en échange d'une publicité pertinente.

En écho, la réaction, dans Vice News, du PDG d’Apple – dont le modèle économique, tiré par la vente de produits et de services parfois très onéreux, ne repose ni sur l'exploitation de la publicité en ligne, ni sur le ciblage des internautes. « Ce genre de failles n'arrivera pas à Apple, car notre but n'est pas de construire des profils détaillés sur chacun de nos utilisateurs », a indiqué Tim Cook. « Des entreprises veulent vous faire croire que vos données sont nécessaires pour que leur service soit meilleur. Ne les croyez pas », a-t-il ajouté, en affirmant que la vie privée est un droit fondamental. « Pour moi, la vie privée est centrale à notre liberté », a insisté Tim Cook dans Vice News.

  

Snapchat, demandez le programme !

 

N’en déplaise aux Echos, qui qualifie la période mouvementée que traverse Snapchat de « crise d’adolescence », le patron de Snapchat Evan Spiegel évoque, dans une note adressée aux employés relayée par Cheddar, la nouvelle stratégie de l’entreprise, et parle de rentabilité. Evan Spiegel indique ainsi vouloir terminer l’année par un quatrième semestre équilibré au niveau des comptes, et pense même que le réseau social pourra faire des bénéfices en 2019.

En plus de devenir rentable, creuser l’écart avec la concurrence, se focaliser sur la réalité augmentée ou encore faire de Snapchat la manière la plus rapide de communiquer font partie des priorités annoncées pour 2019.

Pour soutenir sa croissance, Snap va également se focaliser un peu plus sur les pays en développement. « Il existe de nombreux marchés aujourd’hui où les utilisateurs de Snapchat créent des instantanés mais ne les envoient pas. Cette année, nous verrons comment déverrouiller le comportement de communication de ces utilisateurs de Snapchat et du monde entier », a indiqué le patron de Snapchat.

Tout un programme, récemment complété par l’annonce de l’arrivée des Snap Originals, des séries uniquement disponibles sur Snapchat, créées « par certains des plus grands conteurs du monde », avec des sorties de nouveaux épisodes chaque jour. Formatés pour son audience d’adolescents et de jeunes adultes, ces Snap Originals devraient donner au public de Snapchat une bonne raison d’ouvrir l’application chaque jour.  


Netflix frappe fort avec ses nouveaux studios au Nouveau Mexique

 

Confronté à des concurrents de plus en plus agressifs, Netflix n’hésite pas à se donner les moyens de ses ambitions. Le 8 octobre, la plateforme a annoncé le rachat des studios de production ABQ Studios à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Une structure imposante, qui revendique neuf scènes de tournages et plus de 170 000 m2 de studios. Cet investissement très conséquent – un milliard de dollars sur dix ans ! – créera 1 000 emplois par an dans la région. D’ailleurs, le géant du divertissement pourra compter sur des subventions publiques de 15 millions de dollars. Le nouveau complexe sera destiné au tournage des futures productions de la plateforme.

« Notre expérience dans la production de séries et de films au Nouveau-Mexique nous a incités à saisir l'opportunité de créer un nouveau centre de production ici », a affirmé le vice-président de la production physique de Netflix, Thy Warren, dans un communiqué repris par Business Insider.  Selon The Verge, Netflix aurait en effet délaissé Los Angeles, jugée « trop peuplée » et privilégie désormais des environnements plus « sauvages et attrayants », comme le Nouveau Mexique, où des séries culte, comme Breaking Bad et Godless, ont déjà été tournées.

Les Numériques note que cet investissement est un pari risqué pour Netflix, mais qu’il est nécessaire pour asseoir la suprématie du groupe menacée par la concurrence de plus en plus rude d’Amazon.

Comme souligné par Les Echos et Le Siècle Digital, Netflix a un but précis : tout miser sur des contenus fait maison pour tirer son épingle du jeu, en proposant à terme un catalogue composé pour moitié de productions originales.

 

Fin de saga, Comcast prend le contrôle de Sky

 

Comme nous le pressentions fin septembre, Comcast a pris le contrôle de Sky, mettant fin à une saga de presque deux ans. Avec près de 77% des actions, Comcast est désormais largement majoritaire.

En bouclant ce rachat, qui valorise Sky à 30,6 milliards de livres (34,8 milliards d'euros), Comcast s’inscrit dans la course à la taille que se sont lancés câblo-opérateurs et géants des médias, en particulier dans la maîtrise des contenus, afin de résister à la concurrence des nouveaux venus Netflix et Amazon.

 


 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus