“Dream crazy” ou le sentiment d’autonomisation des femmes

La publicité "Dream Crazy" de Nike, mettant en vedette Serena Williams, est la dernière d'une série d'initiatives récentes de grandes marques pour casser les contraintes traditionnelles liées au genre féminin. S’inscrivant dans sa stratégie de promotion des femmes, "Dream Crazier " est la seule publicité que Nike a diffusée à la télévision aux Etats-Unis depuis le début de l'année, avec un investissement estimé à 7 millions de dollars depuis son lancement lors des Oscars le 24 février 2019. Dans quelle mesure cette approche correspond-elle à l'évolution de la perception des consommateurs?

Les données TGI de Kantar Media révèlent que, à plusieurs égards, les jeunes femmes ont un sentiment d’autonomisation et de liberté. Cependant, dans certains cas, il y a toujours du chemin à parcourir pour atteindre le niveau des hommes.


Des jeunes femmes plus carriéristes

Par exemple, en ce qui concerne les aspirations professionnelles, les femmes françaises de 18 à 34 ans sont 50% de plus que la moyenne des Français à affirmer qu'elles veulent atteindre le sommet de leur carrière, et 69% de plus à aspirer un jour créer leur propre entreprise. Toutefois, ce pourcentage est encore inférieur à celui des hommes qui sont respectivement 88 et 82% de plus que la moyenne des Français à être d'accord avec ces affirmations.

 

Une perspective mondiale : de grandes ambitions dans les marchés émergents

Par ailleurs, dans un contexte plus global, la proportion de jeunes femmes connectées cherchant à accéder au sommet de leur carrière n'est pas particulièrement élevée, relativement parlant, en France (50,5%) ou dans plusieurs autres marchés occidentaux, dont les Etats-Unis (61%), la Grande-Bretagne (52%), l'Italie (60%), et l'Allemagne (55%). Les résultats de nos données TGI Global Quick View, qui explorent le comportement des consommateurs connectés sur 22 des marchés publicitaires les plus dynamiques du monde, révèlent que les jeunes femmes en Inde sont 27% plus susceptibles que celles des autres marchés d'être d'accord avec l'énoncé suivant : " Je veux atteindre le sommet dans ma carrière ".

Les jeunes femmes en Turquie, en Afrique du Sud, au Mexique et au Brésil sont également 20% plus susceptibles d’être d’accord que la moyenne des femmes connectées de 16-34 ans. Les principales économies émergentes des BRICS, qui s'attaquent directement (depuis l'année dernière) aux disparités entre les sexes par la création du BRICS Gender and Women's Forum, ont peut-être contribué à engendrer un sentiment accru d'autonomisation et d'ambition chez les femmes dans ces marchés et au-delà, avec une promesse de réalisation qui ne semblait peut-être pas réaliste il y a quelques années seulement.

Il y a donc des raisons d'être optimistes à l'occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes, car les femmes ont de plus en plus conscience de ce qu'elles se sentent habilitées à accomplir, même s'il est important de reconnaître qu'il reste encore beaucoup à faire à de nombreux égards.

 



Les données TGI


Les données TGI : identifier, cibler et atteindre la bonne audience, le bon consommateur
En savoir plus