Media Week Report - 1 juin

 

Cette semaine, la bataille pour les droits télé de la Ligue 1 est à l’honneur dans le Media Week Report, qui se penche aussi sur les ambitions internationales de Brut et sur le rachat, compromis, de Media Capital par Altice.

 media week report

 

Droits télé de la Ligue 1 : Mediapro rafle la mise, Canal+ en danger

Cette semaine, le monde du foot français a été secoué par un véritable tremblement de terre : Canal+, partenaire historique du football hexagonal, vient de perdre les droits télé de la Ligue 1 pour la période 2020-2024 au profit de Mediapro, un groupe espagnol, qui envisagerait de lancer dans deux ans une chaîne payante 100% football en France.

Mediapro, qui détient déjà les droits de la Liga espagnole et de la Serie A italienne, s’est emparé des principaux lots de la Ligue 1, dont les matchs du dimanche soir, du vendredi soir et du dimanche après-midi.

« Je suis déçu de ne pas avoir remporté les droits. Mais, à ces prix-là, c'était totalement déraisonnable… C'était impossible pour nous de miser de telles sommes et je crois que c'est impossible pour un quelconque acteur de miser de telles sommes », a déclaré Maxime Saada, PDG de Canal+, dans un entretien pour Europe 1 le 30 mai. Les Echos et le JDD soulignent toutefois que la victoire de Mediapro est un « choc » pour Canal+, qui pourrait, selon plusieurs analystes, perdre la moitié de ses abonnées suite à ce revers.

Le Monde explique d’ailleurs que Canal + réfléchit à deux options pour retenir ses abonnés : conclure un accord de distribution avec Mediapro pour continuer à diffuser les match de Ligue 1, ou tout miser sur un plan B qui concentrerait la chaîne sur le cinéma et les séries. Un choix risqué, compte tenu de la concurrence de Netflix et Amazon…

Les enchères sur les droits télé ont aussi vu l’affirmation de deux acteurs surprise, BeIn Sport et Free, qui ont respectivement acquis le lot 3, incluant les matchs du samedi soir et du dimanche en fin d’après-midi, et le lot 6.  

Mais le véritable gagnant de ce match est la Ligue de football professionnel (LFP), qui empochera 1,153 milliards d’euros par saison, à savoir une augmentation de 60% des revenus générés par les droits télé.

 

Brut ne cache plus ses ambitions internationales et lève 10 millions d’euros

Brut, le média français qui publie ses vidéos exclusivement sur les réseaux sociaux, a dit au Monde vendredi dernier s’apprêter à lever 10 millions d’euros. Les sommes récoltées permettront de financer les ambitions internationales du groupe et le développement d’outils technologiques permettant, selon son cofondateur Guillaume Lacroix, de « mieux connaître les audiences ».

Entré dans le Top 3 américain en grillant la politesse à des pionniers du Web outre-Atlantique tels que Vice et Buzzfeed, Brut est largement leader en France en termes d’engagement (mesuré en nombre de likes, de commentaires et de partages) – et revendique, au total, 400 millions de vues mensuelles. Guillaume Lacroix estime par ailleurs dans Le Monde que Brut « sera rentable à la fin de l’exercice 2018 ».

Brut ne cache plus ses ambitions. Après avoir conquis les Etats-Unis et l’Inde, le média en ligne, dont 10 % de l’audience provient d’Afrique francophone, prépare sa version britannique et réfléchit sérieusement à une implantation dans le monde hispanique, « soit en Espagne, soit en Amérique latine ». L’objectif ? « Devenir le leader mondial de l’information sur les réseaux sociaux à l’horizon 2020 ».

 

Le rachat de Media Capital par Altice compromis par les réserves émises par l'Autorité de la concurrence portugaise

L'Autorité de la concurrence portugaise « a rejeté les engagements présentés par Altice » en vue de l'acquisition du groupe portugais Media Capital, propriétaire de la chaîne de télévision la plus regardée au Portugal, « car ils ne protègent pas les intérêts des consommateurs et ne garantissent pas la concurrence » dans le secteur, a expliqué à l'AFP, par écrit, une porte-parole de l'autorité.

La concentration au sein du même groupe de l'opérateur Meo et de la chaîne généraliste TVI, leader d'audiences dont les contenus pourraient devenir payants pour les opérateurs concurrents, risquerait – selon le régulateur – d’avoir des répercussions sur la facture des consommateurs.

Le régulateur portugais a par ailleurs déclaré à Reuters que sa décision n'était pas définitive et que le groupe était « libre de présenter d'autres remèdes ».

Si Altice a réitéré « tout son intérêt »  dans le rachat du groupe de médias portugais et s'est dit prêt « à apporter de nouvelles clarifications aux autorités compétentes », la filiale portugaise d'Altice a annoncé qu'elle n'était « pas disponible pour faire d'autres propositions », exprimant dans un communiqué son désaccord avec les arguments mis en avant par le régulateur.

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus