Media Week Report 11 janvier

Cette semaine, lumière – dans le Media Week Report – sur l’édition 2019 du Consumer Electronic Show, le rendez-vous high tech de ce début d’année dont les innovations font le buzz sur la toile. Entretemps, l’AFP multiplie les opérations anti-fake news, tandis que le service de vidéo en ligne Hulu annonce des résultats très positifs.

 

 


CES 2019, le rendez-vous high tech de ce début d’année

L’édition 2019 du Consumer Electronic Show (CES) a démarré à Las Vegas ; elle se tiendra jusqu’au 11 janvier.

Jamais les entreprises françaises n’ont été si bien représentées à ce grand rendez-vous high tech. Plus des 420 entreprises françaises – dont 380 start-up, selon Olivier Ezraty, consultant indépendant cité par Les Echos, Le Figaro ou La Tribune – sont présentes sur le salon – ce qui fait de la France une nation très, voire sur-représentée à l'Eurêka Park.

La France, qui souhaite éviter la cacophonie de l’an dernier, tente également de faire preuve d’unité pour cette édition 2019. C’est du moins l’objectif affiché. Selon La Tribune, l’enjeu est de fédérer les délégations régionales pour présenter un écosystème tech plus mature, en phase avec la nouvelle stratégie de la Mission French Tech. Ainsi, pour la première année, Business France réunit la presque totalité des régions faisant le déplacement sous la bannière French Tech. « C'est un progrès énorme, estime Maxime Sabahec, responsable du programme start-up chez Business France, dans Les Echos. « Cela offre une lecture beaucoup plus claire aux visiteurs internationaux »Crise des Gilets Jaunes oblige, les politiques français sont, quant à eux, relativement absents de l’édition 2019.

A l’occasion de l’édition 2019 du CES, La Tribune publie une intéressante tribune de Xavier Dalloz, expert en stratégie digitale. Pour lui, la France – qui maîtrise innovations digitales et créativité – a tout pour être un acteur majeur de la nouvelle création de valeurs induite par l’ère digitale… à condition bien sûr de « de voir grand et loin ».

Cette année encore les innovations présentées au CES font le buzz, notamment sur Internet. Or, si l’on en croit Les Echos, s’il devrait y avoir quelques avancées technologiques – déjà annoncées dans les téléviseurs et les  voitures – il devrait en revanche y avoir peu de réelles innovations de rupture – l’Intelligence Artificielle étant cela dit, comme le note Business Insider, partout. Le tout, ajoute Les Echos, dans un climat de prise de conscience de l’importance de la protection des données personnelles et de tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Tout un programme !


L’AFP multiplie les opérations anti-fake news

Selon Stratégies, l'Agence France-Presse a multiplié ces dernières semaines, en pleine crise des Gilets Jaunes – les opérations de déminage anti-fake news sur les réseaux sociaux, via son compte AFP Factuel. Au plus fort du mouvement protestataire, les vérifications de l'AFP ont ainsi totalisé des milliers de retweets et de partages sur Twitter, plus encore en anglais.

« Depuis un an et demi, il y a un vrai changement de posture de l'agence. Avant, on ne s'intéressait qu'à ce qui était avéré ; aujourd'hui, on va au-devant des fausses informations », indiquait début décembre, comme le rappelle Stratégies, le nouveau patron de l'AFP, Fabrice Fries, devant l'Association des journalistes médias. Pour Fabrice Fries, la priorité est claire : faire de l'AFP « le référent mondial dans la lutte contre les infox » !

A noter, selon une étude américaine, publiée par la revue Science Advances, et réalisée pendant la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, les plus de 65 ans ont tendance à partager plus de fausses infos sur Facebook que les utilisateurs plus jeunes. Selon les chercheurs des universités de Princeton et de New York, les internautes de plus de 65 ans ont partagé près de sept fois plus d’articles issus de médias relayant de fausses informations que les personnes de 18 à 19 ans.


Hulu, 25 millions d’abonnés et un objectif : défier Netflix

Dans un communiqué publié le 8 janvier, le service de vidéo en ligne Hulu, racheté par Disney, revendique 25 millions d’abonnés fin 2018, avec une progression de 48% sur un an. La plateforme propose de la publicité dans son offre SVOD, ce qui lui a permis d’engranger 1,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires supplémentaire en 2018, note Les Echos – une audience jeune ayant doublé la base d’annonceurs d’Hulu.

Le Monde affirme que Hulu, qui a produit, entre autres, la série à succès La Servante écarlate, est désormais prêt à devenir « un concurrent légitime de Netflix et Amazon Prime ». D’autant plus que le PDG de Disney, Bob Iger, a annoncé qu’il souhaitait faire de Hulu « la destination de tous les programmes du groupe non destinés aux enfants ». Toutefois, rappelle Les Echos, des incertitudes sur le futur d’Hulu subsistent – la façon dont Disney, AT&T et Comcast l’intégreront à leur propre offre de streaming n’étant pas encore claire.

Génération NT souligne d’ailleurs que Netflix devra affronter une concurrence de plus en plus rude dans les mois qui viennent, et que plusieurs nouveaux acteurs se bousculent au portillon : Disney+, le service SVOD de AT&T, l’initiative Salto, lancée par M6, TF1 et France Télévision, et la nouvelle plateforme de Apple. Qui plus est, la multiplication des plateformes pourrait appauvrir le catalogue Netflix, chaque concurrent gardant ses franchises en exclusivité.

 

 

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus