Media Week Report - 14 novembre 2019


Cette semaine, le Media Week Report vous présente la nouvelle approche « like-free » d’Instagram aux Etats-Unis. Par ailleurs, selon une étude menée par Facebook IQ, le digital est en train de devenir la nouvelle vitrine des marques, notamment dans le secteur du luxe. En France, des médias lancent une consultation publique pour tenter de remédier au problème d’érosion de la confiance auquel ils sont confrontés. 

Instagram teste une version « like-free » aux Etats-Unis

Un contenu sans mention « j’aime » existe-t-il toujours aux yeux des utilisateurs ? Instagram, le réseau social où l’approbation des utilisateurs semble régner sur les esprits, prévoit de rendre les fameux « likes » invisibles pour une partie des utilisateurs aux Etats-Unis. Le test (qui a déjà eu lieu dans plusieurs pays dont l’Australie, l’Italie, l’Irlande, le Japon, le Brésil et la Nouvelle-Zélande, précise lefigaro.fr), a été annoncé par le PDG de la plateforme Adam Mosseri lors de la conférence Wired25 à San-Francisco le 9 novembre. « Nous prendrons des décisions qui vont nuire au business si elles se révèlent utiles pour le bien-être et la santé des gens », a expliqué M. Mosseri.

Le but de cette initiative est des plus nobles. Elle vise à diminuer la pression créée par la culture du « like » et la compétition qui en découle, à permettre aux gens de réduire leur taux d’anxiété et leur tendance à se comparer. L’idée est aussi de recentrer l’attention des utilisateurs sur le contenu, ce qui pourrait potentiellement changer le contenu-même publié sur le réseau ainsi que les conversations engagées.

Le PDG d’Instagram insiste sur l’engagement de l’entreprise envers le bien-être de son public, grâce à ce qu’il qualifie d’ « espace le plus sûr au monde ». La plateforme, ajoute-t-il, développera également des outils pour lutter contre le harcèlement ; l’entreprise collabore notamment avec des thérapeutes et des ingénieurs pour inciter ses utilisateurs à prendre une pause quand ils en ont besoin.

S’il est trop tôt pour tirer des conclusions sur l’impact de telles mesures, l’idée qu’Instagram serait, comme le souligne la journaliste de Wired Arielle Pardes, « le plus grand laboratoire de santé mentale de notre époque » semble exacte.

La nouvelle aura d’Instagram n’est cependant pas du goût de tout le monde, la rappeuse Nicky Minaj ayant menacé, dans un tweet, de quitter la plateforme suite à cette mise à jour. Le changement pourrait en effet impacter le business et les influenceurs qui tirent leurs profits du nombre de likes, socle de la base d’engagement nécessaire sur Instagram.

Il est cependant peu probable que la plateforme devienne soudainement une sorte de charité digitale pour l’auto-expression. Pendant une discussion avec l’actrice et femme d’affaires Tracee Ellis Ross, Adam Mosseri n’a pas oublié d’évoquer l’intérêt croissant d’Instagram pour le shopping en ligne et les possibilités pour les influenceurs d’élargir leurs bases de revenus. Quoi qu’il en soit, si Instagram veut maintenir le business model existant, il lui faudra réfléchir aux nouvelles techniques d’engagement, l’étude menée par HypeAuditor ayant démontré que les influenceurs ont tous noté une chute du nombre de « likes » dans les pays ou l’expérience a eu lieu, précise TechCrunch.

L’achat en ligne : le futur du luxe


Morin Oluwole, directrice monde du département luxe chez Facebook, commente pour Stratégies les résultats de la première étude du réseau social sur le secteur du luxe. Menée par Facebook IQ auprès de plus de 4 500 consommateurs européens, américains et asiatiques issus de la « next generation » – qui regroupe les consommateurs au plus fort potentiel d'achat comme les millennials, et les « high spenders » – l’étude souligne à quel point le digital est en train de devenir la nouvelle vitrine des marques.

En effet, 93% des consommateurs de luxe utilisent les réseaux sociaux ! Dans le détail, on observe que 92% se connectent tous les jours aux plateformes du groupe Facebook – incluant Instagram, Messenger et WhatsApp. « Nous avons été agréablement surpris de constater que Facebook sortait comme la plateforme n°1 pour ce type de consommateurs. La puissance de Facebook reste donc très importante dans le secteur du luxe », explique Morin Oluwole. 60% des acheteurs ont notamment lu des critiques et des recommandations sur Facebook et Instagram. En complément, l’étude BCG True Luxury Consumer confirme que Facebook et Instagram sont devenus la première source d’influence dans le parcours d’achat d’un consommateur de produits de luxe, devant les magazines et la télévision. Le digital est désormais omniprésent dans tout le processus d’achat.

Des médias lancent une grande consultation pour restaurer la confiance du public


Pour tenter de restaurer une confiance au plus bas envers les médias, plusieurs journaux et groupes audiovisuels (La Croix, le groupe Ebra, France Médias Monde, France Télévisions, Ouest France, Radio France, le groupe TF1, La Voix du Nord) se sont associés à la société de civictech Bluenove.

Leur but est de tenter de comprendre les attentes du public quant à, par exemple, sa relation à l'info, et récolter des propositions pour améliorer l'indépendance ou l’éthique des médias, ou encore combattre les Fake News. Le site dédié, www.mediasetcitoyens.com, recueillera les contributions et avis jusqu'au 20 janvier 2020.

Des journalistes des rédactions des médias partenaires débattront avec le public, et les contributeurs les plus actifs seront invités à la conférence de restitution finale du débat en février 2020. Les médias partenaires s'engagent par ailleurs à tester les solutions proposées par les internautes. 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus