Media Week Report - 16 février

  

Cette semaine, le Media Week Report salue Twitter, devenu rentable, pour la première fois de son histoire, au quatrième  trimestre 2017. Facebook essaye quant à lui de déléguer la modération des commentaires à ses utilisateurs, alors qu’Unilever menace le réseau social, au même titre que Google – sans directement les nommer – de retirer ses publicités de ces plateformes si elles ne parviennent pas à modérer leurs contenus. Entre-temps, des révélations concernant le futur service de SVOD de Disney ont fuité, alors que le géant américain vient de conclure un accord avec Alibaba en Chine.


Twitter enfin rentable !


twitter

Pour la première fois depuis sa création il y a plus de dix ans, Twitter affiche des bénéfices. Le réseau social est enfin devenu rentable au quatrième trimestre 2017, après avoir subi des pertes nettes de respectivement 62 millions, 116 millions et 21 millions de dollars sur les trois trimestres précédents.

Au quatrième trimestre, Twitter a ainsi posté un résultat net de 91 millions de dollars, pour un chiffre d’affaires de 732 millions de dollars, alors que le marché se montrait plutôt pessimiste et tablait sur un chiffre d’affaires de 681 millions. Des profits que Le Monde qualifie de « modestes », mais qui rassurent les investisseurs de Wall Street – le cours de l’action Twitter ayant bondi de 27% jeudi 8 février.

Pour arriver à ces résultats, Twitter a effectué quelques changements, son dirigeant – Jack Dorsey – menant une politique volontariste pour relancer le réseau. Parmi ces développements, l’augmentation de la limite du nombre de caractères à 280 signes (revenant ainsi sur une limite historique) et, surtout, la diffusion  de vidéos en direct  et de vidéos publicitaires – en nouant de nouveaux partenariats avec, notamment, la ligue de football américain.

Le bénéfice est, en grande partie, lié à une maitrise des coûts et, si la situation financière du groupe s’améliore, ses progrès restent fragiles. Twitter peine à gagner de nouveaux adeptes ; le réseau social a même perdu 1 million d’utilisateurs aux Etats-Unis, une perte compensée par le million d’utilisateurs gagné dans le reste du monde. Au quatrième trimestre, Twitter comptait, dans l’ensemble, 330 millions d’utilisateurs actifs, soit autant que lors du trimestre précédent. Pour le Blog du Modérateur, il semblerait que Twitter ait atteint un plafond qu’il sera difficile de dépasser. Twitter insiste, pour sa part, sur la forte hausse du nombre d’utilisateurs actifs par jour – +12% par rapport à la même période de l’année précédente.

  

Facebook teste un bouton Downvote, déléguant aux utilisateurs la modération des commentaires


Critiqué depuis longtemps pour sa modération souvent jugée trop lente ou laxiste, Facebook a commencé à tester un nouveau système censé l’améliorer. Le réseau social a confirmé jeudi 8 février au site The Verge avoir démarré l’expérimentation d’un bouton Downvote – proche du Dislike, sans l’être pour autant – pour signaler plus facilement les commentaires inappropriés.

Lorsqu’un utilisateur clique sur le bouton Downvote, le commentaire est masqué pour lui, et l’utilisateur est invité à justifier cette interaction négative en choisissant de dénoncer le commentaire comme « offensant », « hors sujet » ou « trompeur ».

Pour l’instant, seule une poignée d’utilisateurs – 5% d’utilisateurs américains de l’application Android – peuvent tester cette nouvelle fonctionnalité, qui n’a été mise en place que sur les commentaires postés sur des pages publiques – excluant les groupes, les célébrités publiques et les utilisateurs.

Ce bouton Downvote servira essentiellement à modérer les contenus de la plateforme, déléguant aux utilisateurs une partie de cette responsabilité. Cette expérimentation s’inscrit dans le combat de Facebook contre le harcèlement en ligne et les fausses informations, et pourrait venir compléter le travail des modérateurs notamment en cas de harcèlement.

Keith Weed, directeur commercial d'Unilever, invitait justement, dans un discours lundi dernier en Californie, les acteurs des nouvelles technologies – Facebook et Google pour ne pas les nommer – à améliorer les choses, les menaçant, selon la CNBC, de priver ces plateformes des publicités du groupe si elles ne parvenaient pas à combattre les contenus illégaux et extrémistes.

  

Disney : des révélations sur son futur service de SVOD et un accord juteux en Chine


Disney s’apprête à lancer son service de streaming en 2019 et les contours de cette opération commencent à se dessiner.

Selon le magazine spécialisé Deadline, l’offre de SVOD sera tout d’abord déployée aux Etats-Unis en automne 2019 avant d’être déployée, dans un deuxième temps, à l’international.

Le service SVOD proposera l’intégralité du catalogue Disney ; les contenus Rated-R, à savoir les films interdits aux moins de 17 ans aux Etats-Unis, ne seront pas inclus. Ce type de contenus sera diffusé sur le service Hulu, déjà actif sur le marché et dont Disney est actionnaire majoritaire.

A l’instar de Netflix, Disney compte miser sur des productions originales inédites pour enrichir son offre. Entre quatre et cinq films, inspirés par les franchises Disney, ainsi que cinq séries télé, sont attendus. Selon Numerama.com et LesNumériques.com, les projets de long-métrages seraient Don Quichotte, La Belle et le Clochard ou Merlin l’enchanteur ; côté séries, on évoque une série Star Wars, une série animée Monstres et Compagnie et une série High School Musical. Quant aux productions Marvel, elles devraient pour l’instant « rester là où elles sont », c’est-à-dire partagées entre Hulu, FX et la Fox, ABC et Netflix.

Disney pourrait d’ailleurs saisir de nouvelles opportunités dans le secteur SVOD en Chine, rapporte Les Echos.  Après une première expérience dans le pays terminée en avril 2016, Disney revient sur le marché du streaming en Chine, grâce à un accord avec Youku, le premier site d’hébergement vidéo chinois (qui peut se targuer de 580 millions d’utilisateurs actifs et environ 1,2 milliards de vues par jour), détenu à 100% par Alibaba.

Les abonnés de Youku pourront regarder plus de 1 000 épisodes de séries animées et des films comme Pirates des Caraïbes ou La Belle et la Bête. Disney pourrait ainsi avoir accès aux 30 millions de ménages chinois équipés de décodeurs et plateformes de télé connectées Alibaba, qui deviendrait à son tour le plus gros distributeur de contenus Disney. Les détails financiers de cet accord n’ont pas été dévoilés. 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus