Media Week Report - 16 mars

  

Au programme cette semaine : le partenariat entre France Pub, l’Irep et Kantar Media pour la publication de leur BUMP (Baromètre unifié du marché publicitaire), la suite du feuilleton mettant en scène TF1 et les opérateurs télécoms, et enfin le rachat de Texture par Apple.


Le marché de la publicité reprend des couleurs

 

Bump

Le Baromètre unifié du marché publicitaire (BUMP), dévoilé mardi 13 mars par Kantar Media, France Pub et l’Irep, est de bon augure pour le secteur de la publicité. Les recettes publicitaires des médias ont en effet atteint 13,7 milliards d’euros en 2017, ce qui représente une progression de 1,2% par rapport à 2016. C’est la deuxième année que ces recettes augmentent mais l’an passé, la hausse était limitée à 0,2%. Pour Philippe Legendre, le directeur délégué de l’Irep, « ces résultats sont plutôt encourageants ».

 

Internet continue sur sa lancée

Sans surprise, c’est internet qui a tiré le secteur vers le haut avec une augmentation de 12%, contre 8% en 2016.  De nouveaux postes de dépenses ont d’ailleurs fait leur apparition en 2017 comme la création de sites, le développement de contenus et l’animation des réseaux sociaux. En revanche, les recettes publicitaires des médias traditionnels (télévision, cinéma, radio, presse, publicité extérieure) ont chuté de 2,3%. Mais ce chiffre cache des réalités contrastées. Le cinéma reste en bonne santé avec une hausse de 8,6% et la télévision résiste avec une croissance de 1% tandis que les recettes publicitaires de la radio ont baissé de 2,6% et celles de la presse de 7,4%. Les quotidiens nationaux subissent notamment une baisse de 8,3% et les magazines de 11,4%, à l’exception des revues sur la famille, la santé, le jardinage, les antiquités et le marché de l’art qui tirent leur épingle du jeu. 

 

La distribution reste en tête

Côté annonceurs, la distribution reste la 1e source de revenus des médias, devant l’automobile, avec 17% de dépenses annuelles. Lidl a progressé de 20% en un an et dépensé près de 500 millions d’euros en publicité, ce qui permet à l’enseigne de rafler la première place à E. Leclerc et Renault.

L’an prochain, les médias devraient bénéficier de l’embellie générale de la conjoncture économique mais leurs recettes publicitaires ne progresseront pas pour autant, les annonceurs préférant communiquer sur les médias digitaux. La présentation du baromètre 2017 et des perspectives 2018 ont été largement commentées sur Twitter.

 

Signal toujours brouillé entre TF1 et les opérateurs ?

Orange et TF1 ont fini par trouver un accord alors qu’un conflit les opposait sur les droits de diffusion des programmes de la chaîne. Selon des informations obtenues par Lemonde.fr, alors que le groupe TF1 demandait au départ 28 millions d’euros par an à l’opérateur, Orange a finalement accepté de verser entre 10 et 13 millions d’euros par an, pendant quatre ans, à la chaine, pour diffuser un ensemble de services. Ce « package » comprend notamment MyTF1, des programmes en avant-premières, la diffusion en 4K d’événements (ultra haute définition) comme la Coupe du monde de football et deux nouvelles chaînes, TF1 + 1 et TMC + 1. En revanche, Orange assure « ne pas payer la diffusion des chaînes de la TNT, qui sont, elles, gratuites ». TF1 laisse pourtant entendre que les chaînes font partie du « package ».

De son côté, Canal+, qui avait interrompu la diffusion des chaînes du groupe TF1 alors que ce dernier lui demandait de payer 20 millions d’euros pour continuer à diffuser ses programmes gratuitement, a rétabli le signal sur l’offre TNT Sat, suite à la demande du CSA et à l’intervention de la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Cette dernière avait demandé à Canal+ de rétablir la diffusion de TF1 sur l’offre TNT Sat destinée aux téléspectateurs n’ayant pas accès à la TNT, comme le rapporte Lemonde.fr. Pour Canal+, « la demande du ministère a conforté notre analyse selon laquelle les chaînes de la TNT devaient être gratuites ». La filiale de Vivendi considère désormais que la négociation ne porte plus que sur les services et non la transmission du signal.

En revanche, pas d’avancée dans les négociations entre TF1 et Free, sommé de débourser 21 millions d’euros. Le fondateur de Free, Xavier Niel, affirme que la coupure des chaînes sur les Freebox n’est plus d’actualité, malgré l’ultimatum de Free à TF1 la semaine dernière, rapporte phonandroid.com. En attendant, Free tente de trouver une alternative « pour éviter la problématique TF1 » avec le lancement de la future Freebox V7 d’ici la fin 2018. On imagine donc que la nouvelle box sera capable de capter les chaînes sans passer par le signal TF1, ajoute phonandroid.com.

Pour l’heure, Free et Canal+ espèrent une législation sur l’obligation faite aux chaînes gratuites privées d’être distribuées sans discrimination. Ce souhait est d’autant plus fort que la guerre menée par TF1 fait des émules, comme le souligne lemonde.fr. SFR a déjà prévenu qu’une fois qu’il serait propriétaire à 100 % du groupe NextRadioTV (BFM, BFM-TV, etc.), il réclamerait une rémunération pour ses chaînes.

 

En quête de fiabilité, Apple rachète le kiosque en ligne Texture

Pendant que le débat sur les mesures à prendre pour l’emporter sur les fake news est toujours d’actualité, Apple vient d’acquérir Texture, un kiosque en ligne fondé en 2010. Après avoir  supprimé 30 000 comptes non fiables, le géant des réseaux sociaux cherche de nouveau à renforcer sa crédibilité par cette acquisition : pour 9,99$ par mois, le kiosque virtuel donne accès à un catalogue de 200 magazines, des plus grands éditeurs mondiaux. Texture, anciennement appelée Next Issue Media, était à la base une joint-venture entre Condé Nast, Hearst, Meredith, News Corp., Roger Communications et Time Inc. Elle a été renommée en 2015 lorsqu’elle a levé 90 millions d’euros auprès d’investisseurs tels que KKR, BuzzFeed, Vox Media, Imgur et est maintenant reconnue comme le « Netflix des publications de magazine ». Détail qui a son importance, l’application Texture sera toujours accessible pour les utilisateurs d’Android, Windows ou Kindle. Eddy Cue, Vice-Président du département Logiciels et Services en Ligne d’Apple a déclaré « Nous sommes engagés pour un journalisme de qualité, provenant de sources sûres, et pour permettre aux journaux de continuer à produire de l’information bien écrite et engageante pour les consommateurs. »

 




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus