Media Week Report - 1er décembre

Cette semaine, la polémique entre les annonceurs et YouTube est au menu du Media Week Report, suite aux nombreuses révélations sur des commentaires pédophiles et sur des contenus pour enfants inadaptés. Snapchat, qui a vu le temps moyen passé par mois sur sa plateforme augmenter de près d’une heure entre 2016 et 2017, se lance dans la publicité avec les Promoted Stories. S’il reste le réseau social numéro un, Facebook a, quant à lui, vu le temps passé sur sa plateforme chuter de plus de 14h par mois.


Les annonceurs quittent YouTube sur fond de polémique sur les contenus pour enfants


Suite aux récentes révélations sur des commentaires pédophiles et sur des contenus pour enfants détournés, YouTube est à nouveau dans la tourmente.

La plateforme vidéo est au cœur des polémiques, car ses programmes destinés aux enfants – diffusés sur ses chaînes ainsi que sur le portail YouTube Kids – montrent les mineurs dans des situations « inappropriées » et « perturbantes », explique Les Echos en citant notamment une enquête du Times.  

Suite à ce reportage, O2, Lidl, Mars, Adidas, HP et Sky, ainsi que plusieurs autres grands groupes, ont temporairement suspendu leurs publicités sur YouTube.

Le « brand safety » en ligne est une « préoccupation primordiale pour les annonceurs qui ont passé des années à cultiver avec soin les perceptions du public dans l’espace offline », souligne Laurent Guillaume, directeur-général de Kantar France dans la présentation de l’étude « Trust in News ».

La réaction de Google n’a pas tardé : le groupe a publié vendredi une déclaration où il affirme « vouloir faire une pause sur toute forme de contenu éditorial destiné à la famille et à toute publicité visant des enfants ».

L’entreprise américaine s’est aussi engagée à rédiger une « White List » détaillant les chaînes jugées sûres et aptes à accueillir la publicité des annonceurs. Les contrôles seront effectués par des humains et non par des algorithmes. La BBC a pour sa part révélé que l’outil permettant de signaler les messages scabreux sur YouTube n’avait pas fonctionné pendant un an, le lien au contenu en question n’étant pas accessible aux modérateurs.

Un porte-parole de YouTube France a dressé un premier bilan de la situation mardi 28 novembre : « La semaine dernière, nous avons désactivé les commentaires sur des milliers de vidéos que nous avons identifiées comme susceptibles d’intéresser les prédateurs sexuels, et nous avons fermé des centaines de comptes émettant des commentaires pédophiles ».

 

Snapchat lance les Promoted Stories pour les annonceurs


Snapchat lance les Promoted Stories, un nouveau format publicitaire pour les marques leur permettant de proposer leur Story sponsorisée sur la page Stories de l'app pour une visibilité importante.

Les Promoted Stories s’affichent en plein écran, avec son. Contrairement aux stories traditionnelles, elles ne sont pas limitées aux abonnés du compte mais sont diffusées globalement auprès de tous les utilisateurs. Un seul emplacement est disponible par jour et par pays, ce qui assure aux annonceurs un format premium.

Composées de 3 à 10 Snaps, les Promoted Stories, conçues pour le mobile, permettent de renvoyer vers un site web, une app, ou un article.

Les premières marques à utiliser le format sont HBO et ASOS. HBO, premier annonceur à tester le nouveau format aux Etats-Unis, a ainsi lancé sa campagne pour le Black Friday ; le détaillant en ligne ASOS en a fait de même au Royaume-Uni et en France.

Cerise sur le gâteau : selon Snapchat, le redesign fera la part belle à ce nouveau format publicitaire.

 

Facebook toujours numéro un des réseaux sociaux, même si les utilisateurs y passent de moins en moins de temps


Selon une étude publiée par Verto Analytics, Facebook a conservé, entre 2016 et 2017, son rang de réseau social numéro un si l’on considère le temps que l’on y passe par mois. Nous avons, en revanche, passé 43% de temps en moins sur Facebook en Octobre 2017 (18h24) qu’en septembre 2016 (32h43).

Messenger (+40 minutes en 2017) semble avoir grignoté une partie du temps passé sur Facebook, mais ce transfert de l’application mère vers l’application de messagerie n’explique que marginalement la baisse de l’usage de Facebook en un an.

Si le nombre de connexions à Facebook est en chute libre (de 311 en septembre 2016 à 173 en octobre 2017, pour une moyenne de 10 par jour en 2016 et de 5 à 6 fois par jour en 2017), le temps passé à chaque session reste stable (autour de 6 minutes).

Tandis que le temps passé sur Facebook est en forte baisse, d’autres plateformes enregistrent, en revanche, une progression. C’est notamment le cas de Snapchat (+60 minutes environ), Twitter (+25 minutes) et Instagram (+6 minutes). 




Search article