Media Week Report 2 novembre

 

Cette semaine, le Media Week report revient sur les performances trimestrielles des réseaux sociaux et révèle qui de Facebook, Twitter ou Snapchat a su tirer son épingle du jeu. Pendant ce temps, YouTube mise sur l’EdTech et investit dans YouTube Learning.

Résultats trimestriels : c’est l’heure du bilan pour Facebook, Twitter et Snapchat

La publication des résultats trimestriels de trois géants du numérique - Facebook, Twitter et Snapchat - a défrayé la chronique cette semaine : si Facebook arrive à tirer son épingle du jeu malgré les scandales, Twitter affiche des chiffres positifs, alors que Snapchat déçoit.

En effet, les résultats trimestriels de Facebook, dévoilés le 30 octobre, sont « relativement rassurants », note Le Figaro. Si sa croissance diminue, le revenu trimestriel est le plus élevé dans l’histoire du groupe, avec 13,73 milliards de dollars de chiffre d’affaires. L’avenir s’annonce prometteur : Les Echos souligne que le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, mise tout sur deux chiffres clés : les 100 milliards de messages envoyés grâce aux services du groupe (WhatsApp, Messenger, Instagram) et le milliard de stories partagées chaque jour. A noter : les dépenses d’exploitation de Facebook ont augmenté de 53% en un an, suite aux investissements de l’entreprise pour lutter contre les failles de sécurité, les fake news et le contenus extrémiste, mais aussi pour financer plusieurs « data centers » ainsi que les recherches sur la réalité augmentée.

Pour sa part, Twitter engrange des résultats positifs, avec le revenu trimestriel le plus important de son histoire : 758 millions de dollars, soit une hausse de 29% sur un an. Dans une analyse, Les Echos rappelle que le positionnement hybride de Twitter, entre réseau social et média, constitue un atout pour l’entreprise, dont le défi est de s’assurer que les utilisateurs reviennent « plus fréquemment » et « plus longtemps » sur la plateforme, comme l’explique Ned Segal, directeur financier de Twitter. Pour ce faire, le réseau à l’oiseau bleu parie sur les vidéos et se prépare à lancer de nouvelles  fonctionnalités, comme un indicateur de présence ou de statut, actuellement testées auprès de ses employés, révèle Le Siècle Digital.

D’ailleurs, Challenges note que Twitter bénéficie d’une nouvelle source de revenus : le « data licensing », qui permet aux développeurs d’accéder aux donnés de Twitter et aux entreprises de faire la veille sur leurs marques.

Snapchat enregistre en revanche une performance mitigée : si le chiffre d’affaires a augmenté de 43% par rapport à l’année précédente, le nombre d’utilisateurs (186 millions aujourd’hui) est en baisse depuis le début de 2018. Toutefois, Brian Wiesder, analyste chez Pivotal Research, explique au Monde que la base d’utilisateurs est « suffisamment élevée pour maintenir ses positions sur le marché publicitaire ».Selon le PDG du réseau social au petit fantôme, Evan Spiegel, la chute du nombre d’utilisateurs s’explique par des contraintes techniques, note La Tribune. « Nous sommes en train de développer entièrement une nouvelle version pour Android, afin de la rendre plus légère, modulable et performante", explique-il sans dévoiler de date de sortie.


Youtube mise sur l’EdTech

YouTube est prêt à investir 20 millions de dollars pour soutenir la création de contenus éducatifs via sa nouvelle chaîne YouTube Learning. Un engagement fort, annoncé en personne par Suzanne Wojcicki, CEO de YouTube, dans un billet de blog. Cet argent doit « soutenir les créateurs et les organisations expertes axés sur l’éducation qui créent et gèrent un contenu d’apprentissage de haute qualité sur YouTube »​, indique-t-elle.

La plateforme, qui appartient à Google, entend redorer son image en prouvant qu’elle propose du contenu utile et éducatif, note Presse-citron. YouTube a déjà commencé à financer plusieurs chaînes populaires, à l’image de Ted-Ed ou Crash Course, et a lancé un partenariat avec OpenClassrooms, une start-up française qui propose des cours en ligne. Et pour soumettre un projet, c’est par ici.

L’initiative montre également l’intérêt grandissant des plateformes pour les EdTech (technologies au service de l’éducation), vues comme un marché porteur, souligne L’Usine Digitale. Une tendance que confirme la Caisse des Dépôts, qui a lancé en 2017 un observatoire des EdTech.

 



Search article