Media Week Report - 20 octobre

 

Cette semaine, le Media Week Report vous présente les ambitions de Netflix qui, fort de résultats trimestriels dépassant les attentes, souhaite sortir 80 films originaux en 2018. Facebook s’offre pour sa part, TBH, l’appli « machine à compliments » qui cartonne depuis trois mois auprès des adolescents américains, alors que Snapchat et NBCUniversal lancent une coentreprise pour produire des contenus vidéo adaptés au mobile.


Netflix explique sa croissance par un fort appétit pour ses séries et films originaux

 

photo

Netflix, qui a dépassé cet été la barre symbolique des 100 millions d'abonnés, a séduit 5,3 millions d’abonnés supplémentaires au troisième trimestre, dont 4,45 millions à l'international et 850 000 aux Etats-Unis. Des résultats au-dessus des prévisions du groupe, qui tablait sur 4,4 millions d'abonnés supplémentaires dont 3,7 millions à l'international.

Le chiffre d’affaires mondial de Netflix a progressé de 30%, à 3 milliards de dollars. Hors Etats-Unis, le chiffre d’affaires est de 1,33 milliard de dollars.  Grâce à sa stratégie de développement en dehors des Etats-Unis, Netflix renoue avec les bénéfices à l'international, avec 62 millions de dollars, contre une perte de 69 millions à la même période l'année précédente.

Dans une lettre à ses actionnaires, Netflix explique sa croissance par un fort appétit pour ses séries et films originaux (House of Cards, Orange is the New Black ou Stranger Things). Le groupe, qui vient de relever ses prix un peu partout dans le monde, compte continuer à investir dans les séries et films exclusifs, qui servent de produits d'appel sur un marché du streaming très concurrentiel. L’année prochaine, Netflix devrait investir entre 7 et 8 milliards de dollars dans les contenus.

Ted Sarandos, responsable des contenus de Netflix, a d’ailleurs annoncé, lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, que le groupe sortirait pas moins de 80 films originaux en 2018, contre 8 au cours du trimestre écoulé (ce qui correspond à un rythme d'une quarantaine par an). Soit plus de nouveaux longs-métrages que les trois plus gros studios hollywoodiens réunis (Disney, Warner Bros. et Universal Pictures), selon Les Echos. Selon un producteur, Netflix aurait trois projets de films en France. 

Le cinéma étant devenu, hors de France, principalement un loisir de jeunes qui regardent des franchises à très gros budget, la question, pour le septième art, est de savoir si Netflix pourra réveiller le cinéma d'auteur à gros budget. Netfix vise non seulement les blockbusters dont la sortie fait événement, mais aussi les films à 1 million de dollars achetés au festival Sundance du cinéma indépendant, et prétend  pouvoir trouver, grâce à ses algorithmes, les publics pour un cinéma d'auteur à gros budget.

 

To be Honest, Facebook devient "machine à compliments" auprès des ados

 

Selon TechCrunch, TBH, l’appli qui cartonne depuis trois mois auprès des adolescents américains, vient d’être rachetée pour moins de 100 millions de dollars par Facebook, soucieux de ne pas être ringardisé par des concurrents comme Snapchat ou Instagram. Lancée le 3 août, TBH (acronyme de To Be Honest) revendique 5 millions d’utilisateurs et plus d’un milliard de messages envoyés.

Fondée sur l’anonymat, l’application se veut bienveillante. TBH pose des questions précises à ses utilisateurs qui peuvent alors répondre en sélectionnant un ami parmi les quatre qui leur sont automatiquement proposés. Par exemple : « Qui a le plus de chances de devenir président ? » ou « Qui a le plus beau sourire ? ». Quatre noms, piochés au hasard dans le carnet d’adresses des utilisateurs en question, apparaissent, et la personne sélectionnée est automatiquement informée, sans pour autant savoir qui est à l’origine du compliment.

Dans un article de blog, les créateurs de l’appli assurent que l’expérience ne changera pas. « Nous continuerons de développer les fonctionnalités que vous adorez – avec désormais beaucoup plus de ressources », précisent-ils.

Pour le moment, TBH n’est disponible que dans 35 États américains ; l’appli se déploie progressivement dans le pays avant son développement à l’international.

 

Snapchat et NBCUniversal à la conquête de la vidéo sur mobile

 

Snap est désormais prête à se tailler la part du lion sur le marché juteux de la vidéo sur mobile. Mardi 17 octobre, le groupe américain et NBCUniversal ont en effet annoncé la création d’une coentreprise consacrée à la production de vidéos courtes de quelques minutes, notamment dans la fiction, également disponibles en format vertical.

Snapchat publiera ces séries sur Shows, sa vitrine vidéo. NBCUniversal est déjà le premier partenaire de Shows, avec d’autres médias prestigieux comme Time Warner. Une collaboration très concluante, paraît-il. Maggie Suniewick, présidente des activités numériques de NBCUniversal, explique  avoir « déjà vu les audiences et l'engagement augmenter sur cette plateforme ». D’après Les Echos, Shows lorgnerait d’ailleurs sur le marché européen, en particulier la France.

« Le mobile est un nouveau média à part entière sur lequel les opportunités créatives sont nombreuses. L’essentiel de la consommation vidéo se fait sur mobile », affirme Sean Mills, responsable des contenus originaux de Snap, dans une déclaration reprise par Les Echos.

Selon La Tribune, cette coentreprise, qui réunit l’expertise télévisuelle de NBCUniversal et la connaissance des ‘codes jeunes’ du réseau social au petit fantôme, promet d’être redoutablement efficace.

La synergie NBCUniversal et Snap a d’ailleurs déjà fait ses preuves. Lors des JO de Rio en 2016, NBCUniversal a collaboré avec BuzzFeed pour Snap ; il en fera de même pour les Jeux d’hiver à venir.




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus