Media Week Report - 27 avril

 

Cette semaine, le Media Week Report revient sur l’aventure Netflix, devenu la première major audiovisuelle internationale non exclusivement anglophone pour avoir parié sur des productions non-hollywoodiennes. En France, les groupes Prisma et Figaro explorent le 100% vidéo 100% numérique en lançant chacun un nouveau média, Simone et MAD. Pour sa part, Facebook essaye d’améliorer la monétisation de ses vidéos grâce aux publicités pre-roll.


media week report


Netflix, première major audiovisuelle internationale non exclusivement anglophone

Netflix, qui a invité la presse européenne pour une présentation à Rome le 19 avril, a très vite fait le pari que les films hollywoodiens n’étaient pas les seuls à pouvoir s’exporter, et est ainsi devenu la première major audiovisuelle internationale non exclusivement anglophone.

Selon Les Echos, 100 nouveaux films, séries et documentaires, surtout européens mais aussi moyen-orientaux et africains, tournés en 16 langues différentes, vont être diffusés sur la plateforme, soit deux fois plus qu’en 2017. En 2018, Netflix a prévu de dépenser 8 milliards de dollars dans la production de contenus, dont 1 milliard de dollars rien qu’en contenus européens, soulignent Le Monde et Les Echos. Lundi dernier, Netflix a d’ailleurs annoncé avoir levé 1,9 milliards de dollars sur le marché obligataire afin de poursuivre le rythme effréné de production de contenus originaux, rapporte Les Echos. Pour Brian Pearson, responsable de l’acquisition de contenus à Amsterdam, ce que Netflix construit, c’est un goût mondial pour les contenus européens.

Le succès mondial des contenus non anglophones a surpris Netflix, indique un producteur français aux Echos. « C’est vraiment devenu leur stratégie. Culturellement, cette perte de prééminence d’Hollywood est un moment marquant ». Ce que veut Netflix, ce sont avant tout des histoires qui résonnent partout sur la planète.

Aux Etats-Unis, selon une étude de 7 Park Data citée par Viuz, 20% de l’audience se concentrent sur les contenus originaux produits par Netflix, comme Stranger Things ; les 80% restants se concentrent sur les contenus achetés en externe.

Pour le fondateur du groupe Reed Hastings, Netflix aura, à terme, 85% d’abonnés en dehors des Etats-Unis (contre 55% aujourd’hui) et rejoindra ainsi les chiffres actuellement affichés par Facebook et YouTube.

Netflix aurait par ailleurs, selon le Los Angeles Times, voulu investir dans la chaîne de cinéma américaine Landmark Theatres – une marque méconnue en France qui possèderait un peu plus d’une cinquantaine de salles et quelque 250 écrans – ce qui lui aurait permis de projeter ses contenus vidéo en salle. Netflix aurait finalement renoncé en raison du prix.

Les groupes Prisma et Figaro lancent chacun leur média 100% vidéo

Le groupe de presse magazine Prisma Media (Voici, Femme Actuelle, Gala...) et le groupe Figaro lancent respectivement Simone et MAD, leurs nouveaux médias 100% vidéo, dans le but de séduire un public plus jeune accro aux réseaux sociaux – les 20-45 ans pour Prisma, les 25-35 ans pour le groupe Figaro.

Le media Simone prend la forme de 2 à 4 vidéos par jour, publiées sur Facebook, Twitter et Instagram, ainsi que sur le site de Femme Actuelle. Même stratégie pour MAD, qui sera composé à 100% de vidéos courtes pensées pour les écrans mobile. Ce média n'aura pas de site, et les vidéos seront diffusées sur Facebook, YouTube, Instagram, ainsi que sur le site de Madame Figaro.

Simone – conçu par le pôle presse féminine de Prisma – veut informer et divertir, en adoptant un ton impertinent et décalé, très en vogue sur les réseaux sociaux, et en respectant une ligne éditoriale engagée. De son côté, MAD – qui devait, à l’origine, s'adresser aux jeunes femmes avec un spectre généraliste – s’adressera en fait aussi bien aux hommes qu'aux femmes, avec un focus éditorial resserré sur la mode.

Facebook mise sur les publicités pre-roll

Facebook réfléchit à des nouvelles méthodes pour améliorer la monétisation des vidéos publiées sur sa plateforme. La dernière initiative en date serait l’augmentation des publicités pre-roll, à savoir des publicités s’affichant avant le contenu que l’utilisateur souhaite voir.

Le géant de Mountain View a déjà commencé à tester les pre-roll sur Watch, et ce n’est qu’un début. Ce type de publicité sera probablement disponible sur d’autres emplacements, par exemple sur les résultats de recherches ou sur le flux des pages, comme l’entreprise l’a expliqué la semaine dernière dans un billet publié sur son blog officiel.

D’autres formats publicitaires sont à l’étude, dans le but d’aider les créateurs de contenu à monétiser leurs vidéos, écrit Presse-Citron. Facebook a d’ailleurs mis au point un outil qui détecte automatiquement quels sont les meilleurs moments pour insérer des annonces publicitaires dans une vidéo.

Le Blog du Modérateur note pour sa part que cette évolution de Facebook témoigne d’une révision importante de ses politiques de monétisation qui privilégieront la qualité et l’engagement à la distribution. Les formats « statiques » inadaptés aux annonces et les contenus « faiblement éditorialistes » seront pénalisés.





Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus