Media Week Report - 28 juin 2019

 

Cette semaine, le Media Week Report revient sur l’accélération du marché de l’audio numérique et se penche sur la bataille autour du prix unique du livre entre les libraires et Amazon. Au menu également : le lancement du pop-up store d’Instagram à Paris.   

 

Un pop-up store signé Instagram ouvre à Paris

Instagram débarquera bientôt dans les rues parisiennes avec son pop-up store éphémère qui se tiendra jeudi 4 juillet de 10h à 21h dans le quartier du Marais.

Dix marques françaises « engageants et engagées », triées sur le volet par Instagram même, participent à l’opération, dont Manucurist, une marque de vernis écolo, Meuf Paris, qui propose des vêtements en coton bio aux slogans féministes et décomplexés, et Make my Lemonade, une enseigne commercialisant, entre autres, ses propres patrons. L’écoresponsabilité semble d’ailleurs être le fil rouge de l’événement, commente le site spécialisé Le Bonbon. Le point commun de ces marques ? Instagram est le premier levier de leur succès, ces créateurs ayant réussi à fédérer une communauté grâce à la plateforme, rappelle L’ADN.

A l’occasion, les créateurs mettront en vente un produit inédit sur leurs comptes Instagram, disponible exclusivement sur la fonctionnalité Shopping  de la plateforme.

Instagram attache une importance particulière à ce projet. Selon Julie Pellet, responsable du développement de la marque pour l’Europe du Sud, citée par Influenth, « nous célébrons les marques et les Instapreneurs qui engagent avec leur communauté en leur proposant une expérience e-commerce d’un nouveau genre ». Et d’ajouter, « c’est aussi une occasion unique pour d’autres marques de s’inspirer et de constater que Shopping est un moyen simple et efficace de vendre à une audience locale et internationale ».

 

Pour sa part, Les Echos souligne que le commerce mobile constitue une véritable priorité pour Instagram, dont la valorisation représente 28% de la capitalisation boursière de Facebook aujourd’hui. Instagram envisage d’installer une dizaine de développeurs au Japon dès cet été pour accélérer la croissance dans ce domaine, même si le déploiement à l’international de certaines fonctionnalités, dont Checkout, demandera un travail sur le long terme. 


Avec l’essor des podcasts, l’audio numérique vit un moment charnière

Les Echos reviennent dans divers articles sur l’accélération générale que connait depuis plusieurs mois le marché de l’audio numérique, en particulier le marché du podcast.

« Ce format est aujourd'hui le plus engageant, avec des temps d'écoute supérieurs aux pubs et aux vidéos », explique aux Echos Thibaut de Saint-Maurice, qui prépare pour octobre prochain la deuxième édition du Paris Podcast Festival.

Essor des podcasts, écoute en live et enceintes vocales participent à ce développement, indique Laurent Frisch, de Radio France, dans un entretien pour Les Echos. Jusqu’à présent, l’audio « n’était pas considéré comme un usage majeur d’internet comme peuvent l’être la vidéo ou l’écrit », précise-t-il, ajoutant que le marché est aujourd’hui à un moment charnière. « Radio France a d’ailleurs opéré un vrai pivot vers le numérique », précise Laurent Frisch.

Deezer, Spotify, Apple Podcasts, Overcast, ces plateformes rendent l’écoute simple comme un jeu d’enfant – un développement suivi de près par Radio France. Pour Laurent Frisch, « il existe une menace à long terme si nous sommes trop dépendants de ces plateformes, car elles nous priveraient du lien direct avec les Français. Leurs changements d’algorithmes, notamment, peuvent avoir des conséquences lourdes. Une autre menace, à court terme, repose sur la reprise de nos contenus audio sans notre autorisation ».

Initialement vecteur de rediffusion d’émissions de radio, le podcast intéresse désormais aussi les marques, notamment grâces aux podcasts natifs réalisés par des individus. Pour attirer le public lassé des vidéos, les marques optent pour ce format, parlant ainsi directement à l’oreille des personnes coincées dans les embouteillages ou dans les transports en commun. Reste, pour les marques, à ne pas avancer masquées, les sponsors devant immédiatement être cités !


« Un livre a le même prix partout », la bataille des libraires contre Amazon

A l'occasion des Rencontres nationales de la librairie organisées à Marseille du 30 juin au 1er juillet, les acteurs du secteur lancent un cri d'alarme sur la concurrence déloyale du géant de l'e-commerce Amazon. Selon eux, Amazon ne respecte pas le prix unique du livre, imposé par la loi Lang de 1981.

Comme l’indiquent Les Echos, Xavier Moni, Président du Syndicat national de la librairie française – à l’origine des Rencontres – martèle dans les médias : « Alors que le prix unique a fait ses preuves sur un plan économique et culturel et que l'ensemble de la classe politique le soutient, nous avons un acteur très puissant qui s'est installé au cœur de notre marché et qui travaille petit à petit à en saper les fondements. Cela fait plus d'un an que le Médiateur du livre a adressé au gouvernement et au Parlement une proposition de la loi de 1981 pour obliger Amazon à mieux respecter le prix unique. Cette recommandation est restée sans suite à ce jour ».

Les libraires attendent beaucoup des Rencontres auxquelles se rendra lundi, Franck Riester, le ministre de la Culture. Et, pour enfoncer le clou, les libraires lanceront, au cours de leurs assises, une campagne nationale intitulée : « Un livre a le même prix partout ». A bon entendeur !



Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus