Media Week Report - 28 septembre

   

Cette semaine, le Media Week Report s’intéresse à Instagram, qui vient de se faire lâcher par ses deux co-fondateurs – un départ qui pourrait accélérer l’intégration de l’appli dans l’écosystème Facebook. Ira-t-on jusqu’au Regram, une fonctionnalité qui ne serait, pour l’instant, pas officiellement envisagée ? L’avenir nous le dira. Autre nouveauté qui a déjà fait couler beaucoup d’encre : l’alliance entre Snapchat et Amazon, et le lancement de Visual Search, un moteur de recherche visuel à fort potentiel. Dernière évolution majeure évoquée cette semaine : avec la prise potentielle de contrôle, par Comcast, de Sky, un bouleversement du paysage de la télévision payante est à prévoir avec, en ligne de mire, le graal de la convergence.


Instagram franchira-t-il le cap du Regram ?

  

instagram  

Selon The Verge, Instagram développe un outil qui permettrait de partager la photo ou la vidéo de quelqu’un d’autre sur le feed. Bref, une fonctionnalité native Regram qui, si elle devait être déployée, pourrait – comme le souligne le Blog du Modérateur – fortement dénaturer cette application, aujourd’hui centrée sur les créations de chaque utilisateur. Tant est si bien qu’un porte-parole d’Instagram a indiqué à Mashable qu’une telle fonctionnalité n’était pas envisagée pour l’instant – et qu’elle n’était ni testée ni développée.

Instagram a toujours été frileux quant à la possibilité d’un Regram natif, pourtant sujet à de nombreuses rumeurs depuis longtemps. Plus tôt dans l’année, Mike Krieger, co-fondateur d’Instagram, indiquait d’ailleurs à Bloomberg que partager ainsi des posts pourrait ne pas passer auprès des utilisateurs. Quant à Kevin Systrom, l’autre co-fondateur d’Instagram, il s’opposait à la fonctionnalité de partage réciproque sur Facebook des contenus Instagram, alors que Mark Zuckerberg voulait que la production de contenus sur Instagram soit, à un certain moment, diffusée sur Facebook.

Lundi dernier, soldant leurs différends avec leur maison mère, Mike Krieger et Kevin Systrom ont déclaré aux dirigeants de Facebook qu’ils prévoyaient de quitter le groupe dans les semaines à venir – une information du New York Times confirmée dans un communiqué par Kevin Systrom. Selon TechCrunch, les tensions concernant l’autonomie d’Instagram s’étaient accrues cette année. En mai, Kevin Weil, le vice-président produit d’Instagram, avait rejoint Facebook et avait été remplacé par Adam Mosseri, ancien vice-président de Facebook News Feed et membre du cercle restreint de Zuckerberg – mettant ainsi un terme à une certaine indépendance d’Instagram depuis le rachat par Facebook.

Le départ des deux fondateurs d’Instagram pourrait encore accélérer l’intégration de l’appli dans l’écosystème Facebook – ce qui ne serait pas forcément une bonne nouvelle pour Insta, qui risquerait de perdre son originalité. Selon Les Echos, Instagram serait voué, de par son succès, à devenir de plus en plus central au sein du groupe Facebook – ce dernier cherchant à orienter l’appli vers le e-commerce, et à accélérer sa monétisation.

Parmi les autres développements repérés récemment sur Instagram figurerait d’ailleurs, selon TechCrunch, la possibilité d’ajouter des hashtags à une publication sans pour autant que ces derniers apparaissent sur le post – rendant le tout plus lisible. Une bonne nouvelle pour les créateurs, dont les photos et les vidéos continueraient à être référencées de la même façon qu’aujourd’hui !

 

Le partenariat Snapchat/Amazon ouvre de nouvelles perspectives dans le commerce digital

 

Snapchat pourrait bientôt disposer d’un atout de taille pour contrer son rival Instagram. Lundi 24 septembre, le réseau social au petit fantôme a annoncé un partenariat avec Amazon, dont le fruit est Visual Search, un moteur de recherche visuel relié au site de e-commerce.

Cette nouveauté, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois, est qualifiée de « Shazam pour le shopping en ligne ». Le Siècle Digital nous explique que cette fonctionnalité est assez intuitive. L’utilisateur pourra pointer la caméra de son smartphone vers un code-barres ou un objet en appuyant sur l’écran ; si l’article est reconnu, un lien vers sa page Amazon sera affiché. Il suffira de cliquer dessus pour être redirigé sur le site d’Amazon et finaliser l’achat. Cette innovation, d’abord testée aux Etats-Unis à partir de cette semaine, sera bientôt déployée dans le monde entier.

Pour Les Numériques, la collaboration entre Amazon et Snapchat est assez logique : d’un côté, le géant américain propose le plus vaste catalogue de produits au monde, de l’autre, les deux sociétés ont déjà travaillé ensemble sur des promotions exclusives, les Snap Deals.

Comme en témoignent les Pinterest Lens de Pinterest ou l’appli Google Lens, la fonctionnalité Visual Search n’est pas inédite, rappelle Les Echos, qui précise par ailleurs qu’avec cette opération, Snapchat souhaite encourager ses utilisateurs à passer le plus de temps possible sur son application.

Le réseau social continue d’ailleurs de renforcer ses liens avec les acteurs du e-commerce. La plateforme propose par exemple aux marques des filtres personnalisés en réalité augmentée permettant aux internautes d’essayer virtuellement un produit, ou encore des boutons d’achat dans les filtres et les vidéos commerciales.

Si la collaboration avec Amazon pourraît ne pas être suffisante pour reconquérir des utilisateurs, elle pourrait représenter une nouvelle source de revenus pour Snapchat – et ce, même si l’on ne sait pas encore si Snapchat bénéficiera d’un pourcentage sur les achats effectués par Visual Search.

 

En battant Fox aux enchères, Comcast se rapproche du contrôle de Sky

 

Après deux ans de rebondissements, le câblo-opérateur américain Comcast sort vainqueur de la procédure d’enchères, organisée par le gendarme britannique des fusions-acquisitions, qui devait le départager de la 21st Century Fox – appartenant à la famille Murdoch – dans le rachat du bouquet européen de télévision payante Sky. Avec 17,28 livres par action, Comcast propose en tout 30,4 milliards de livres, soit environ 3 milliards de plus que son rival.

Les actionnaires de Sky ont jusqu’au 11 octobre pour se prononcer – Fox, qui possède déjà 39% de Sky, devant lui-même se positionner. Comcast remportera la mise si son offre recueille plus de 50% des titres.

Cette opération qui est, pour Les Echos, sans doute l’une des plus importantes jamais réalisées dans l’industrie européenne des médias, changera radicalement le paysage de la télévision payante. Fort de 23 millions d’abonnés dans cinq pays (Royaume-Uni, Irlande, Allemagne, Autriche et Italie) – un chiffre en augmentation – Sky a vu son chiffre d’affaires progresser de 5% au premier semestre – une aubaine pour un acteur américain comme Comcast qui cherche à acquérir une stature mondiale grâce à l’Europe. D’autant plus que Sky peut permettre à cet acteur traditionnel de se renforcer face aux plateformes digitales de type Netflix. En effet, comme le souligne L’Opinion, avec 52 millions d'abonnés, le nouvel ensemble pourra déployer sa force de frappe face à Netflix et ses quelques 130 millions d'abonnés.

L’objectif ? Produire et vendre, selon La Tribune, plus de contenus originaux pour concurrencer les cadors de la vidéo en streaming, mais pas uniquement. Plusieurs observateurs estiment en effet que l'offensive de Comcast ne vise pas qu'à se renforcer dans les contenus. Pour beaucoup, c'est à l'évidence la convergence entre les télécoms et les médias qui guide l'action du géant américain du câble.

Pour Comcast, cette victoire a également un goût de revanche. Le câblo-opérateur avait en effet dû s'effacer fin juillet, devant Disney, lors du rachat de l'essentiel des actifs de Fox – en particulier les studios de cinéma et certaines chaînes de télévision.

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus