Media Week Report - 5 juillet

Cette semaine, le Media Week Report revient sur la Coupe du monde féminine de football – un pari d’ores et déjà réussi pour TF1, malgré la défaite des Bleues en quart de finale. Twitter, quant à lui, sévit contre les tweets de responsables politiques qui violent ses règles, mais ne va pas jusqu’à supprimer ces tweets, alors qu’en France la proposition élargie – dans le cadre de la loi Avia – de retrait, en moins de 24 heures, des contenus problématiques fait débat. Entretemps, Kantar publie son étude sur le taux de pénétration des réseaux sociaux, riche en enseignements.


Pari réussi pour TF1 avec la coupe du monde féminine de football

 

La Coupe du monde féminine de football s’est arrêtée pour les Bleues vendredi 28 juin après leur défaite face aux Etats-Unis. TF1, qui avait pris le risque de faire monter un sport féminin jusqu'alors cantonné aux petites chaînes de la TNT, a déjà rentabilisé cet événement – « un fait suffisamment rare pour être souligné, la plupart des grandes compétitions sportives étant déficitaires pour les télévisions », selon Les Echos.

Selon Sport Business Club et les observations provisoires de Kantar, qui a arrêté les compteurs après les phases de poules, les recettes publicitaires brutes pour TF1 liées à la Coupe du monde féminine de football atteignent déjà près de 14 millions d’euros. Et, selon Les Echos, qui citent les chiffres de Publicis Media prenant en compte les recettes publicitaires nettes et le digital, TF1 devrait gagner au total 13 millions d'euros pour des dépenses, hors coût de diffusion, comprises entre 10 et 12 millions d'euros – le coût d’acquisition des droits de l’événement s’élèvant à 12 millions d’euros, selon le confidences de la Fédération française de football citées par Sport Business Club, une facture que TF1 a fait baisser en cédant une partie des droits à Canal+. Un match des Bleues, c’est minimum 2 millions de recettes nettes assurées, assure Sport Business Club – le record, sur les phases de poules, ayant été observé lors de Nigéria / France avec 4,8 millions d’euros bruts d’investissements.

L'engouement autour de l'équipe de France a porté les audiences bien au-delà des attentes, que ce soit chez TF1 ou Canal+. Le match d'ouverture de la France contre la Corée du Sud a rassemblé près de 11 millions de téléspectateurs (9,8 millions sur TF1 et 826 000 sur Canal+), indiquent Stratégies. Quant au quart de finale France - Etats-Unis, il a été regardé par 10,7 millions de spectateurs sur la Une (51% de part d'audience), signant un nouveau record d'audience pour la chaîne en 2019, précisent Les Echos.

Devant le succès des Bleues, le groupe TF1 a augmenté, un brin surpris, à deux reprises ses tarifs publicitaires. Comme l’indique Philippe Nouchi, expert chez Publicis Media, aux Echos, si les annonceurs « ont suivi l’augmentation des tarifs », ayant des budgets définis par chaîne, « ils ont dû le faire au détriment d'autres émissions de TF1 ».

 

Twitter veut rendre moins visibles, mais pas supprimer, les tweets problématiques des responsables politiques

 

Twitter a annoncé vouloir sévir contre les tweets de responsables politiques qui violent ses règles, notamment quand ils incitent à la violence – pour les comptes de plus de 100 000 abonnés.

Ces tweets seront précédés d'un message d'avertissement expliquant qu'ils ne respectent pas les règles du réseau social, et verront leur audience limitée – ils s’afficheront moins dans les recommandations ou recherches des utilisateurs.

Pas question, en revanche, de supprimer ces tweets problématiques. Préserver la liberté d'expression des hommes et femmes politiques, tout en tempérant leur excès, au nom de « l'intérêt du grand public », c'est la délicate équation que tente de résoudre Twitter qui, selon L’Express, a le président américain Trump dans le collimateur.

Pourtant, en France, la proposition de loi Avia sur la haine en ligne, examinée mercredi par l'Assemblée nationale, veut obliger les grandes plateformes à retirer sous 24 heures les contenus illicites. Le principe fondamental de la proposition de loi est de contraindre à la réactivité les principaux réseaux sociaux. Les dernières modifications du texte ont d’ailleurs élargi les champs des posts concernés. Au départ limité aux messages racistes, sexistes et homophobes, le texte concerne désormais également les messages à caractère terroriste, pédopornographique, faisant l’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, ou faisant preuve de harcèlement sexuel et de proxénétisme. Si tout le monde s’accorde sur la nécessité de la loi – notamment Audrey Herblin-Stoop, directrice des affaires publiques de Twitter France, qui a assuré, lors d’un entretien accordé au Monde, partager « l’objectif de la loi Avia » plus les contours du texte se précisent, plus les acteurs du numérique français se braquent contre le projet fourre-tout du gouvernement, rapporte La Tribune.


Kantar dévoile de précieux insights sur les réseaux sociaux

 

Une récente étude Kantar confirme la force de frappe des réseaux sociaux. 82% des consommateurs connectés des 22 plus grands marchés au monde utilisent les réseaux sociaux ; 3 sur 4 le font au moins une fois par jour.

Plus de 60 000 internautes, dont 4 000 en France, ont participé au sondage, réalisé grâce aux données TGI Global Quick View de Kantar, une solution qui analyse la consommation des médias numériques et les préférences d’achat.

Les trois pays les plus friands de réseaux sociaux sont le Brésil (92%), le Mexique (91%) et l’Argentine (89%), alors que la France se classe parmi les quatre derniers pays, avec un taux de pénétration des réseaux de 67%.

L’étude montre aussi que la population active sur les réseaux est assez jeune, avec 52,5% des utilisateurs âgés de 16 à 34 ans. Facebook (48%), YouTube (41%) et Instagram (28%) se taillent la part du lion, commente le Blog du Modérateur.

Le smartphone, plébiscité par 89% des interviewés, est l’appareil digital le plus utilisé pour accéder aux réseaux sociaux, suivi par l’ordinateur (80.5%) et la tablette (45%). Les activités préférées incluent le networking social (98%), la messagerie instantanée (87%) ainsi que la lecture ou rédaction de blogs (70%).

Un univers à l’énorme potentiel pour les marques ! 24,5% des internautes sont en effet susceptibles de participer à une discussion en ligne sur les marques et 19% interagissent avec elles au moins une fois par semaine. 

 

 



Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus