Media Week Report - 8 juin

 

Cette semaine, le Media Week Report fait le point sur la réforme de l’audiovisuel public en France, présentée lundi par la ministre de la Culture Françoise Nyssen. – une réforme qui vise à moderniser l'offre tout en faisant des économies. En France, les médias évoquent également un possible partenariat entre Orange et SFR dans le cinéma et les séries, ce qui signifierait la fin des hostilités, dans ce domaine, entre les deux groupes. De son côté, Facebook revoit sa stratégie Breaking News en arrêtant, notamment, la rubrique Trending qui n’était disponible que dans cinq pays.

MWR

Réforme de l’audiovisuel public, moderniser l'offre tout en faisant des économies

Présidence unique pour tous les médias publics, réforme du CSA, augmentation significative des programmes régionaux de France 3, suppression (ou fusion) de France 4 – France Télévisions devant libérer « au moins le canal hertzien » de sa chaîne jeunesse afin de recentrer sur le numérique son offre dédiée au jeune public – ainsi que deux projets de plateformes en ligne qui regrouperont des contenus issus des groupes de l'audiovisuel public (la première, lancée fin juin, sera dédiée à la culture ; la seconde ciblera la jeunesse)… la ministre de la Culture Françoise Nyssen a dévoilé lundi les premières propositions de réforme de l’audiovisuel public, qui visent à créer davantage de synergies entre les groupes France Télévisions, Radio France, France Médias Monde, l’INA, Arte et TV5 Monde.

« Les synergies entre sociétés vont se développer, pour permettre à l'audiovisuel public d'innover, de gagner en performance et en visibilité, » a déclaré Françoise Nyssen, confirmant ainsi le cap fixé aux entreprises du secteur. « Il faudra également qu'elles dégagent des gains d'efficience et des économies pour financer les priorités. Il y a des marges de manœuvre, nous le savons, et la mutation des sociétés passe aussi par une profonde transformation de leur organisation et de leur mode de management, » a-t-elle ajouté. Avec ces mesures, l’État chercherait donc, selon les médias, à réaliser des économies, chiffrées entre 250 millions et 500 millions d’euros par an d’ici à 2022, principalement à France Télévisions. Pour Françoise Nyssen, le montant est plutôt de 300 millions par an.

Moderniser l'offre tout en faisant des économies, c'est tout l'enjeu de la réforme de l'audiovisuel public – dont l’objectif est, selon les propos de Françoise Nyssen dans une interview pour Le Monde, de « reconquérir la jeunesse, retrouver les territoires » – avec des réorganisations voulues par l'Élysée pour la fin 2018. L’audiovisuel public devra notamment investir dans le numérique 150 millions d’euros de plus par an à l’horizon 2022 (soit doubler son budget numérique à environ 300 millions d’euros), et « sanctuariser » ses investissements dans les séries et les documentaires. « Nous portons l'ambition d'un média global à vocation universelle, capable de résister à une concurrence nouvelle et de répondre aux attentes nouvelles du public, » a précisé Françoise Nyssen dans Le Monde. Pour Les Échos, les propositions numériques laissant de nombreuses questions sans réponse, il n’est pas certain qu’elles soient suffisantes à la difficile émergence d’une offre numérique publique.

Orange et Altice pourraient fusionner leurs services vidéo

Selon Le Figaro, Orange et SFR, filiale du groupe Altice, devraient fusionner leurs services de vidéo, OCS et Altice Studio, afin de constituer un solide catalogue de films leur permettant de résister à l'américain Netflix. Selon Les Échos, si aucun accord n’est signé pour l’instant, des annonces pourraient être faites avant l’été.

L'intérêt pour Orange est de mettre la main sur les beaux contrats de fourniture de contenus qu'Altice Studio a signés avec deux géants américains, NBCUniversal et Discovery. OCS dispose, quant à elle, d’un accord lui permettant d’obtenir en première diffusion les prestigieuses séries de HBO. Le nouvel ensemble, dirigé par OCS, aurait donc – avec NBCUniversal, Discovery et HBO – l'un des plus gros catalogues de séries américaines disponibles en France. « OCS s’enrichirait beaucoup […] et cela en ferait une chaîne plus attractive. Elle pourrait dès lors viser les 4,5, voire 6 millions, d’abonnés, » précise aux Échos une source proche du dossier.

Pour Altice Studio, qui vendrait à OCS les droits des studios américains qu’il possède, ce serait ce que Les Échos qualifient de « sortie par le haut ». « Altice Studio est mort-né. Les dirigeants de SFR pensent qu’il va falloir mettre encore beaucoup d’argent dans le cinéma et les séries, et ce n’est plus leur priorité. Ils veulent arrêter une aventure qui est très coûteuse et risquée pour eux, » commente un connaisseur.

Facebook revoit sa stratégie Breaking News

À l'occasion de l'annonce de l'arrêt de la rubrique Trending, qui permettait de suivre les sujets dont on parlait le plus sur la plateforme (lancée en 2014, celle-ci n’était disponible que dans cinq pays et représentait seulement 1,5 % du trafic apporté aux médias), Facebook a dit travailler à d'autres moyens « pour aider les gens à se tenir au courant des informations de dernière minute auxquelles ils s'intéressent ».

Dans un message posté le 1er juin, le responsable des produits d'information, Alex Hardiman, explique que Facebook mène notamment un test avec 80 éditeurs de presse pour leur permettre de placer un indicateur « dernière minute » ou « breaking news » sur certains de leurs articles.

Facebook teste également une section Today In pour permettre de « connecter les personnes aux dernières informations importantes publiées par les médias locaux et les administrations locales ». Il s’agirait, selon Stratégies, de proposer aux utilisateurs de s'abonner à des alertes en cas de nouvelles informations urgentes.

Enfin, Facebook annonce la création d’une nouvelle section, News Video in Watch, pour l’instant seulement aux États-Unis, qui permettra aux utilisateurs de Facebook de suivre des événements en direct, ainsi que d'avoir accès à des bulletins d'information et à des contenus magazine exclusifs. Certains contenus de cette section seront exclusifs à Facebook Watch.

Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center qui vient confirmer une tendance relevée par d’autres études, YouTube, Instagram et Snapchat sont, aux États-Unis, les plateformes les plus populaires chez les jeunes. Seuls 51 % des 13-17 ans utilisent Facebook, contre 85 % pour YouTube (Google), 72 % pour Instagram (détenu par Facebook) et 69 % pour Snapchat.

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus