Media Week Report 9 novembre

Cette semaine, le rachat des droits télé de la Premier League par Canal+ fait la part belle au Media Week Report. Entretemps, Facebook est prêt à ouvrir ses premiers pop-up stores aux Etats-Unis et Netflix se lance dans le cinéma, en espérant conquérir le tapis rouge.

 

 

mwr 9 nov

  

Canal+ remporte le match des droits de la Premier League

Avec le rachat des droits télé de la Premier League, Canal+ confirme son intérêt pour le ballon rond. Le 31 octobre, le groupe audiovisuel français a annoncé avoir récupéré les droits du célèbre championnat de football anglais. L’accord signé avec la Football Association Premier League (FAPL) porte sur les trois prochaines saisons et permettra au groupe de diffuser les 380 matches au menu.

C’est une belle remontée pour Canal+, après la perte des droits télé de la Ligue 1 fin mai. « La roue tourne », a commenté sur Twitter le président du directoire du groupe Maxime Saada. Le dirigeant a précisé dans un entretien avec L’Equipe que le montant payé par Canal pour remporter l’appel d’offre est « très significatif », mais inférieur aux 120 millions d’euros par an versés par RMC.  « Nous saurons rentabiliser ce montant», a-t-il assuré.

Selon un expert du secteur cité par Libération, cette initiative est « une opération de positionnement pour Canal, pour montrer qu’ils sont toujours dans le jeu ». Le magazine spécialisé So Foot souligne que la reconquête de la Premier League est presque un « choix esthétique » pour Canal+, l’expression d’une conviction sur l’importance du foot dans l’avenir de la chaîne et une façon de se démarquer de ses concurrents. Tout en redorant son blason auprès des amateurs du foot…

Numerama souligne que le grand perdant de cette opération est SFR et son bouquet RMC Sport, dont la Premier League était l’un des fleurons. Maintenant, le groupe ne pourra plus justifier le prix de 19 ou 9 euros pour suivre uniquement la Ligue des Champions et la Ligue Europa. C’est pourquoi dès le 31 octobre, SFR a annoncé dans un communiqué de presse qu’il travaillait avec Canal+ pour « permettre aux abonnés RMC Sport de continuer à vivre la Premier League anglaise sur ses antennes après l’été 2019. ». « Ces droits de la Premier League ne sont pas exclusifs et peuvent être négociés », explique aux Echos Alain Weill, patron d’Altice. Le même article rappelle d’ailleurs que les droits sportifs, bien que difficiles à rentabiliser, restent de « puissants moteurs d’abonnement ».

 

Facebook lance ses premiers pop -up stores

Aux Etats-Unis, Facebook tente un rapprochement entre la publicité en ligne et le commerce physique. Le réseau social a invité 100 marques émergentes à intégrer des pop-up stores dans plusieurs magasins Macy’s, afin de les aider à développer leur visibilité à l’approche du Black Friday et des fêtes de fin d’année.

Ces boutiques éphémères sont en place depuis le 5 novembre dans 9 Macy’s, où elles seront présentes jusqu’en février 2019, et se situent dans les villes les plus appréciées sur Instagram, telles que New York, San Francisco ou Los Angeles. Facebook explique : « Market @ Macy’s aide les marques émergentes et établies à atteindre de nouveaux publics en les présentant dans un espace physique à l’intérieur de Macy’s », rapporte Siècle digital.

L’objectif est de mettre en avant les produits des PME « natives numériques », petites entreprises présentes sur les réseaux sociaux, confirme BDM.  Two Blind Brothers - qui propose des vêtements de créateurs dont les profits sont intégralement destinés à la recherche sur la cécité - est l'une de ces entreprises, note Digital Trends. « Facebook a été un partenaire essentiel de notre croissance », a déclaré Bradford Manning, cofondateur de la marque. À noter : Facebook et Macy's ne prélèvent aucune commission sur les ventes enregistrées, souligne Les Numériques.

Bien sûr, l’opération n’est pas complètement désintéressée. Avec cette initiative, Facebook espère inciter davantage de petites entreprises à dépenser de l’argent sur la plateforme publicitaire du réseau, explique Tech Crunch . À terme, Facebook pourrait bien céder à la tentation de présenter ses propres produits, ajoutent Siècle digital et BDM.

  

Netflix va sortir ses films au cinéma

En quête de reconnaissance de la part de l’industrie cinématographique, Netflix a décidé de sortir trois de ses productions en avant-première au cinéma. Un changement de stratégie majeur pour la plateforme, qui espère ainsi forcer les portes du Festival de Cannes et de la cérémonie des Oscars, explique Siècle digital.

Netflix pourrait ainsi devenir le plus puissant acteur que  l’audiovisuel ait jamais porté, ajoute Siècle digital. Faisons le calcul : la firme domine largement le marché du streaming, une tendance qui ne semble pas à la baisse et à laquelle s’ajoutent l’achat de nouveaux studios, et bientôt, le succès dans les salles. 

Dans un premier temps, les sorties seront limitées à certains pays et se feront dans quelques salles aux États-Unis, au Mexique, en Angleterre, en Allemagne ou en Italie, note Presse-citron. Mais si Netflix entend conquérir le grand écran, la plateforme de streaming promet qu’elle ne fera jamais de télévision.

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus