Media Week Report 7 décembre

Cette semaine, le Media Week Report fait la part belle au format podcast, qui séduit la presse écrite. Entretemps, plusieurs nouveautés sur le front des Stories : YouTube s’y met, tandis qu’Instagram lance une fonctionnalité Close Friends.

 

7/12

 

Le format podcast conquiert la presse écrite

2018 sera l’année du podcast, et la presse écrite est loin d’échapper à cette tendance, car ce format lui ouvre de nouveaux horizons face à la concurrence des médias radio. En effet, le podcast propulse la marque média sur tous les canaux possibles et multiplie les contacts avec les lecteurs. De fait, de nombreux éditeurs sont sur le coup.

Le groupe Les Echos-Le Parisien a ainsi investi dans la jeune société Binge Audio, note Le Figaro. Il détient désormais un tiers du capital de ce producteur de podcasts, créé en 2016 par Joël Ronez, qui revendique un million d’écoutes par mois. Avec cette opération, le groupe se dote d’une nouvelle compétence sur un marché d’avenir. Car, si le podcast a longtemps été ce que Joël Ronez appelle une « radio de rattrapage », il observe qu’ « aujourd’hui, il y a beaucoup d’offres professionnelles ou amatrices de qualité, qui sont disponibles et se partagent le temps d’écoute des jeunes générations », rapporte le 20 minutes.

Justement, le quotidien gratuit « 20 minutes » expérimente deux podcasts mensuels gratuits : « Juste un droit », un podcast de vulgarisation judiciaire, et « Sixième science », un podcast de vulgarisation scientifique, développé en partenariat avec le magazine « Sciences et Avenir ». Ces podcasts d’une vingtaine de minutes sont diffusés sur plusieurs plateformes via le player Pippa. Adoptant un ton « punchy », ils « marchent bien », puisqu’ils ont dépassé « la dizaine de milliers d’écoutes », explique Michael Fromentoux, directeur du développement numérique chez 20 minutes. Il ajoute que le 20 minutes  se « devait d’être présent » devant l’ampleur prise par les podcasts et que le média espère ce faisant démultiplier son « accessibilité ».

 

Rappelons que Madame Figaro a également lancé dernièrement Désirs et Happiness Therapy, deux podcasts  consacrés au bien-être et à la sexualité féminine, en partenariat avec Louie Media. Ces contenus sont distribués sur son site ainsi que sur les principales plateformes d’écoutes (Apple Podcast, Soudcloud, Deezer, Spotify, YouTube), souligne Le Figaro. Le magazine rejoint Grazia, qui en a lancé quatre, et Le Monde, qui teste des podcasts natifs avec L’Obs et le Huffington Post. A noter : le format podcast séduit la presse écrite au-delà de l’Hexagone, notamment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en Allemagne, selon Inaglobal.

Ce qui motive aussi, c’est le potentiel de monétisation des podcasts. Par exemple, au Figaro, le podcast Désirs sera sponsorisé par Saint Laurent Beauté tandis qu’Happiness Therapy le sera par Lancôme. Le public des podcasts est pour l’instant composé majoritairement de CSP+ urbains de moins de 35 ans, justement la cible préférée des annonceurs, selon L’observatoire du journalisme. Et, cerise sur le gâteau, la publicité intégrée dans les podcasts est particulièrement bien acceptée par les auditeurs.

 

Instagram lance une fonctionnalité Close Friends

Instagram lance Close Friends, une nouvelle option permettant de réserver certaines stories à certains amis uniquement. Pour cela, il suffit de définir une liste d’amis proches, qui verront alors apparaître ces Stories dans un cercle vert, et non dans un cercle multicolore aux couleurs d’Instagram – le code couleur pour les Stories visibles de l’ensemble de la communauté.

L’idée est, selon Instagram, de « partager davantage de moments personnels avec un groupe plus restreint que vous choisissez ».  

Cette nouvelle option de confidentialité – qui n’est pas sans rappeler, selon le Siècle Digital, les Custom Stories de Snapchat – devrait permettre d’augmenter le nombre de Stories publiées sur Instagram.


YouTube se met lui aussi aux Stories

Suivant les traces de Snapchat, Instagram ou encore Facebook, YouTube permet désormais aux chaines de plus de 10 000 abonnés de publier des Stories.

YouTube souhaite ainsi donner un nouvel espace d’expression aux YouTubeurs les plus populaires, pour qu’ils puissent faire la promotion d'une vidéo à venir ou, plus largement, échanger avec leurs communautés de manière récurrente. Petite particularité : sous YouTube, les Stories auront une durée de vie de sept jours, et non pas de 24 heures.

Comme le rappelle Adweek, YouTube avait commencé à tester ses premières Stories, initialement baptisées Reels, en novembre 2017. Il aura fallu précisément un an pour que le projet se concrétise.

 




Search article