Social Week Report - 10 juin

instagram

INSTAGRAM HORS LES MURS POUR LA PREMIÈRE FOIS EN FRANCE

Instagram a choisi la France pour déployer sa toute première campagne publicitaire mondiale, révèle Les Echos cette semaine. Quelques semaines après l’offensive de Snapchat dans les gares franciliennes, c’est au tour de la plate-forme de partage de photos de Facebook de se lancer, sur trois type de médias : sur Internet, au cinéma et en affichage extérieur.

Huit semaines de campagne intensive sous la houlette de l’agence Marcel (Publicis Groupe) sont prévues, avec un slogan : « Only on Instagram ». Pour l’affichage extérieur, ce sont Paris et Lyon qui accueilleront les visuels, notamment dans les gares et les stations de métro. Le timing de la campagne est pour le moins opportun, alors que va s’ouvrir en France le Championnat d’Europe de football. Du côté d’Instagram, l’initiative correspond aussi à la fin annoncée du fil d’actualités chronologique, au profit d’un affichage algorithmique, et aux nouvelles fonctionnalités pensées spécialement pour les entreprises.

Selon Laurent Solly, directeur de Facebook France, la campagne portera haut les couleurs de l’Hexagone, avec une « écriture nationale » faite, entre autres choses, de créativité, de cuisine et de mode. Les Instagrammeurs français devraient donc être largement représentés. La communauté française a d’ailleurs été sollicitée en amont de la campagne et 50 influenceurs ont déjà été sélectionnés pour leurs œuvres.

Sur le Web, la campagne mettra aussi à l’honneur le format « Boomerang », qui permet de créer des simili-GIF d’une seconde à partir d’une rafale de photos. De quoi donner une belle visibilité à la nouvelle identité visuelle du réseau social alors que la croissance du nombre d’utilisateurs montre des signes de faiblesse et que Snapchat aurait tendance à le supplanter dans le cœur des ados.

FACEBOOK : LES GAMERS EN LIGNE DE MIRE

Dans la guerre du streaming vidéo en direct, Facebook vient de marquer les esprits en annonçant un partenariat avec Blizzard Entertainment, une société américaine de développement et d’édition de jeux vidéo.

Selon les termes de cet accord, les futurs jeux de Blizzard comporteront une fonctionnalité permettant aux joueurs de diffuser leurs parties sur Facebook via Facebook Live, en se connectant directement avec leur compte. Le premier jeu à être doté de cette technologie sera « Overwatch », un des derniers nés de Blizzard Entertainment.

Si vous pensez qu’il ne s’agit que d’un marché de niche pour geeks boutonneux, vous vous trompez lourdement. Le jeu sur console, ou e-sport selon une dénomination plus contemporaine, est un énorme marché qui fédère une communauté à la fois très active sur les réseaux sociaux et très dépensière quand il s’agit d’acquérir les dernières nouveautés.

Ce n’est pas pour rien que les YouTubeurs stars que sont PewDieDie, aux États-Unis, ou Squeezie et Cyprien, en France, ont choisi de bâtir leur lucrative carrière sur ce créneau. Sur la plate-forme vidéo, les vlogueurs qui se filment en train de jouer pullulent. Mais pas seulement. Sur Twitter, les gamers représentent également un segment d’audience important : 84 millions de tweets concernaient les jeux vidéos en 2015 et Twitter estime que 65% de ses utilisateurs sont des joueurs plus ou moins réguliers.

Dans sa stratégie de déploiement du streaming vidéo en direct, Facebook, un peu à la traîne jusqu’ici, montre donc sa volonté de s’arroger une part du gâteau face aux poids lourds YouTube et Twitch, une plate-forme spécialisée, détenue par Amazon et qui revendique 100 millions d’utilisateurs actifs par mois.

ON EN PARLE AUSSI

Snapchat se refait une beauté

Une nouvelle mise à jour de Snapchat est disponible pour les utilisateurs depuis le 7 juin. Encore une mise à jour ? Oui, mais pas n’importe laquelle. Snapchat compte beaucoup sur cette « version 9.32.0.0 » pour doper les audiences de « Discover », sa section d’actualités alimentée par des poids lourds tels que CNN ou Cosmopolitan. Le trafic vers ce contenu éditorialisé étant considéré – selon des sources non officielles – plutôt décevant, le réseau social prend les choses en main. Au programme, une refonte de l’interface qui va mettre davantage en valeur les articles produits, à grands frais, par les médias partenaires. Car pour ceux qui ont choisi de miser sur Snapchat, tout n’est pas si facile. Il faut produire un contenu quotidien spécifiquement adapté à l’application, ce qui le rend inutilisable ailleurs sous cette même forme. Et pour l’instant, il semble que les efforts consentis ne soient pas tout à fait aussi payants qu’espéré. Pour intéresser les (jeunes) lecteurs potentiels, la dernière mise à jour va rapprocher très concrètement la section « Discover » des contenus plus populaires, que sont, entre autres, les « snaps » et autres « Stories » filmées par les célébrités et les anonymes. Les nouveaux contenus proposés par les médias seront également mieux illustrés, avec un look de couverture de magazine plus vendeur. Enfin, il sera possible de s’abonner aux chaînes concernées, ce qui aura le double avantage de faire remonter les articles dans le fil des utilisateurs, panachés au reste des contenus, et d’obtenir des statistiques plus précises d’audience. Snapchat joue gros, car l’entreprise partage les revenus générés par « Discover » avec les éditeurs. Et si le réseau social veut attirer davantage de grands médias, il faudra faire preuve de l’efficacité de sa stratégie.

Mark Zuckerberg hacké comme un bleu

On ne pourra pas reprocher à Mark Zuckerberg de ne pas être comme tout le monde. Le week-end dernier, le PDG de Facebook a été la cible d’un groupe de cyber-pirates, qui affirme avoir réussi à prendre le contrôle de ses comptes Twitter et Pinterest. Pour preuve, les membres du groupe OurMine ont tout simplement tweeté depuis son compte officiel, pas peu fiers de leur exploit. Selon les médias américains, pas de doute, ce piratage est la conséquence directe du vol massif de données dont LinkedIn a révélé avoir été victime. Mais cela impliquerait aussi que Mark Zuckerberg utilise le même mot de passe pour plusieurs de ces comptes… C’est en tout cas ce que les pirates ont suggéré eux-mêmes évoquant un invraisemblable « dadada » [sic] comme possible sésame pour entrer sur le compte du dirigeant aux éternels T-shirt gris. Alors Mark Zuckerberg peut-il vraiment être aussi peu regardant que vous et moi en matière de sécurité ? La question est posée, d’autant que les pirates affirment avoir également réussi à accéder au compte Instagram de Zuckerberg, ce que Facebook a vigoureusement démenti. Il faut préciser que les comptes Twitter et Pinterest hackés étaient largement laissés à l’abandon, le dernier tweet de Zuckerberg remontant par exemple à janvier 2012. Au cours du week-end dernier, d'autres célébrités ont expliqué avoir essuyé des piratages de comptes liés à des réseaux sociaux, dont Keith Richards et la starlette Kylie Jenner. Une nouvelle fuite de données pourrait désormais concerner Twitter et près de 32 millions de comptes, dont les informations confidentielles seraient actuellement en vente sur le dark Web.

(c) Marcel



Search article