Social Week Report - 29 février

Le Social Week Report est de retour et ça vaut bien un Waouh ! Cette semaine, on file à la grand-messe du smartphone en Espagne, où Mark Zuckerberg s’est incrusté. On se prépare aussi à faire du shopping sur Snapchat et on découvre qui est la personnalité sportive la plus influente sur les réseaux sociaux.

Facebook et Zuckerberg, stars du Mobile World Mobile Congress 2016

C’est ce qui s’appelle se faire voler la vedette en beauté. Si les nouveaux modèles de téléphone étaient inévitablement les stars du salon qui se tenait cette semaine à Barcelone, Mark Zuckerberg a déclenché l’enthousiasme, et même un « mouvement de foule » à en croire BFM TV, en endossant le rôle d’invité surprise de la conférence du constructeur coréen Samsung.

Le génie de la Silicon Valley s'est glissé sur scène alors que la plupart des journalistes sur place essayaient un casque de réalité virtuelle mis à leur disposition. Le fondateur de Facebook était là pour enfoncer le clou : l’expérience de la réalité virtuelle, considérée selon ses mots comme le moyen de se « téléporter » dans une nouvelle ère de divertissements et d'interactions sociales, est désormais à portée de main.

À la manœuvre, Samsung, ça tombe bien, et Oculus VR, la filiale de Facebook spécialisée dans les équipements de réalité virtuelle. Les deux sociétés travaillent main dans la main depuis bientôt un an pour développer une technologie qu'elles envisagent comme le futur des réseaux sociaux et du mobile. « Tout le monde pourra y vivre ce qu'il souhaite », s’est enthousiasmé Mark Zuckerberg.

Et Facebook dans tout ça ? La plateforme intègre déjà 20 000 vidéos à 360 degrés, et prévient qu’il ne s’agit là que d’un début. « Nous commençons tout juste à explorer ce qui est possible en termes de vidéo et de réalité virtuelle », a expliqué le PDG de Facebook lors de la conférence. Pour pousser encore davantage cette technologie, l’entreprise va se doter d’une équipe dédiée à la « réalité virtuelle sociale », avec pour objectif d'accélérer son intégration dans le réseau social.

ON EN PARLE AUSSI

Snapchat vous prépare un doux shopping

Pour se monétiser, il n’y a pas que la publicité ! Snapchat, qui tente toujours de faire fructifier ses millions d’utilisateurs, pourrait se lancer dans le grand bain de l’e-commerce, à l’image de Pinterest ou encore d’Instagram. Ce qui n’était hier qu’une rumeur persistante a pris corps récemment, à la faveur d’une sortie de Joanna Coles, membre du conseil d'administration de l’entreprise et rédactrice en chef du magazine Cosmopolitan aux États-Unis. Pour elle, pas de doute, Snapchat a vocation à vendre des produits sur sa plateforme et notamment par le biais de certaines chaînes disponibles sur le service « Discover ». Un shopping qui pourrait donc être directement proposé par « Sweet », la chaîne Snapchat lancée par Hearst, le groupe de médias qui possède Cosmopolitan. Avant même ces commentaires, quelques indices avaient déjà mis les fins observateurs sur la voie : en 2014, la société avait recruté un responsable du commerce et six mois plus tard, elle investissait dans Spring, une nouvelle application de commerce sur mobile.

La Turquie toujours fâchée avec Twitter

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a beau avoir près de 8 millions d’abonnés sur Twitter, on ne peut pas dire que le réseau social et la Turquie soient au diapason. Sans grande surprise, le pays arrive largement en tête des demandes de suppression de contenus ou de comptes répertoriées dans le dernier « rapport de transparence » que Twitter rend public deux fois par an. Entre juillet et décembre 2015, près de 95% des comptes suspendus et 90% des tweets supprimés l’ont été à la demande des autorités turques, indique l’entreprise. En tout, 50 pays ont adressé des demandes de ce type à Twitter pour 4 617 demandes de suppression de contenu. Mais le pouvoir turc semble avoir plus qu’une dent contre Twitter. En 2014, M. Erdoğan, alors Premier ministre, avait même juré d’« éradiquer » le site, suite à la publication de documents l’impliquant ainsi que son plus proche entourage dans un scandale de corruption. Depuis, le bras de fer n’a pas perdu de son intensité, avec des fréquents blocages de la plateforme et des échanges d’amabilités. Ce qui n’empêche pas le président turc, comme tous les grands dirigeants, d’utiliser régulièrement son compte pour faire un peu de communication.

Ronaldo est la personnalité sportive la plus influente

Nonobstant les exploits de Serge Aurier sur Periscope, sport de haut niveau et réseaux sociaux ne font pas toujours mauvais ménage. Cristiano Ronaldo est ainsi devenu le premier athlète à compter 200 millions de fans, cumulés via ses différents comptes sociaux sur Twitter, Instagram et Facebook. Il dépasse ainsi de très-très loin Lionel Messi, qui, lui, n’est même pas présent sur Twitter. L’attaquant portugais rejoint aussi le club très select des « 200-millions », qui accueille déjà des stars planétaires comme Taylor Swift et Justin Bieber. La recette du succès ? La vedette du Real Madrid met en scène sa vie quotidienne à la perfection, n’hésitant pas à exhiber régulièrement son fiston ou ses tablettes de chocolat, au choix. Et ça marche : chaque post du footballeur sur Facebook ou sur Instagram a déclenché en moyenne un million d’interactions sur les 6 derniers mois. Quand vous atteignez péniblement les 30 « j’aime » sur un selfie minutieusement instagramé, Ronaldo, lui, récolte la bagatelle de 1,7 million de likes en réponse à un message de remerciement – « Thank you for your happy birthday messages! » – qui ne brille pourtant pas par son originalité.



Search article