Media Week Report - 15 décembre

Cette semaine, le Media Week Report se penche sur trois projets susceptibles de révolutionner l’industrie musicale : alors que YouTube devrait se lancer dans le streaming musical en mars 2018 et que Spotify s’allie à Tencent Music Entertainement, Apple acquiert Shazam. En même temps, confrontée aux Gafa, l’Union des annonceurs lance une série d’initiatives pour garantir plus de transparence dans la publicité numérique. De son côté, Instagram copie – encore – Snapchat avec Direct, une application de messagerie privée à l’ergonomie familière.   

Media Week Report

Le secteur de la musique en ligne poursuit sa consolidation

Selon Reuters et Bloomberg, YouTube devrait lancer en mars 2018 un service de streaming musical payant, par abonnement, baptisé Remix. Google serait en train de finaliser des accords avec les géants de la musique tels que Warner, Sony et Universal, le succès du nouveau service dépendant évidemment de la richesse de l’offre proposée. Remix devrait par ailleurs faire disparaître Google Play Music, qui fera alors doublon et qui sera combiné avec YouTube Red (plateforme de vidéos prémium sans publicité).

Avec son nouveau service, YouTube entend améliorer ses relations avec l’industrie musicale. Si la musique est l’un des genres vidéo les plus populaires sur YouTube, se pose la question du partage des revenus générés par la diffusion de vidéos musicales – les maisons de disques n’ayant cessé de multiplier les appels à YouTube pour qu’il partage davantage les revenus générés par la diffusion de vidéos musicales.

Le but est aussi de concurrencer Spotify (140 millions d’abonnements), Apple Music (suivant Spotify avec seulement 30 millions), Deezer ou Amazon Music. Un défi de taille puisque deux géants du secteur, le suédois Spotify et le chinois Tencent Music Entertainment, viennent d’annoncer une alliance, les deux entreprises allant procéder à un prise de participations croisées minoritaires dans leur capital respectif – le Wall Street Journal évoquant, le 1er décembre, une participation croisée de 10%. Cette alliance, avec laquelle les deux partenaires espèrent obtenir davantage de poids dans leurs négociations avec les maisons de disques, promet de révolutionner l’industrie mondiale de la musique.

Autre annonce susceptible de bouleverser l’industrie de la musique en ligne, le rachat – confirmé par Buzzfeed – de Shazam par Apple pour une somme estimée à 400 millions de dollars. Avec ce rachat, Apple pourrait en effet accélérer le développement de son service de musique en streaming, Apple Music. Selon Europe 1, Shazam étant utilisé pour rechercher des morceaux appréciés mais pas vraiment connus (également pour retrouver des musiques de publicité comme le souligne le baromètre mensuel de Kantar Media des 5 musiques de pub les plus shazamées), c’est une véritable mine d'or de données qui peut permettre de prédire quelle chanson va percer et qui pourrait donc permettre à Apple de proposer dans Apple Music des playlists avec les dernières tendances en avant-première… et ce bien avant ses concurrents.

A elles trois, ces opérations montrent que le secteur de la musique en ligne poursuit bel et bien sa consolidation, tout comme le marché de la publicité sur les web radios et plateformes de streaming musical. Réalisé en partenariat avec les régies NRJ Global, Deezer, Spotify et TargetSpot, le Baromètre de l’Audio Digital, à télécharger ou à consulter sur le site de Kantar Media, présente l’activité publicitaire pour ces médias – un secteur dont la croissance, bien que ralentie par rapport au 1er semestre 2016 (+42%), était toujours soutenue au 1er semestre 2017 (+23%). Au 1er semestre 2017, le marché était plus concentré, les dix premiers annonceurs représentant 46% des impressions (+9 points par rapport au 1er semestre 2016). Le baromètre de l’Audio Digital pour la période janvier – septembre 2017 sera prochainement en ligne sur Kantar Media

L’UDA passe à l’action pour une publicité numérique plus transparente

Confrontée à un environnement publicitaire numérique très concurrentiel et en perpétuelle mutation, l’Union des annonceurs (UDA) a décidé de s’investir pour protéger les intérêts de ses adhérents, qui comprennent plus de 200 entreprises et un millier de marques, et assurer une traçabilité des campagnes publicitaires en ligne.

Le 7 décembre, l’UDA a présenté un plan d’action, « Audace 2020 », qui vise à créer « un choc de confiance et de transparence avec l’ensemble des partenaires de la publicité numérique », selon les mots de Jean-Luc Chetrit, directeur général de l’UDA. « Il n’y aura aucune exception Google et Facebook », précise-t-il.

A cet effet, le SRI, l’UDECAM, le GESTE, l’UDA, l’ARPP et l’IAF France ont mis au point le label Digital Ad Trust, qui certifiera les premiers sites en mars 2018, rapporte E-marketing.fr. Les sites labellisés devront respecter plusieurs critères : garantir aux marques la sécurité des environnements numériques dans lesquels elles apparaissent, lutter contre la fraude et améliorer l’expérience des internautes.

En même temps, l’UDA se penchera sur l’impact réel et chiffré des campagnes publicitaires en ligne: en 2018 l’association proposera le premier référentiel de l’efficacité pour que les annonceurs puissent mesurer la pertinence de leurs actions de communication. Des experts Kantar intégreront d’ailleurs la task force chargée de diriger ce projet.

Les Echos souligne pourtant que la coopération des plates-formes concernées sera déterminante pour le succès de cette initiative.

L’UDA se prépare également à lancer la QOP (Quality Open Platform), une plate-forme de mutualisation des données des annonceurs gérée par la start-up MindLytiX, qui sera « une première mondiale » selon ses responsables.

Direct from Instagram, une appli de messagerie privée proche de Snapchat

D’après The Verge, Facebook et son application Instagram testent depuis le 8 décembre, dans 6 pays – Chili, Israël, Italie, Portugal, Turquie et Uruguay – une nouvelle messagerie privée pour les utilisateurs d’Instagram séparée de l’application de partage de photos. De la même façon que Messenger et Facebook communiquent, Instagram et Direct, qui reprend les fonctionnalités de la première, seront séparées, mais reliées.

Nommée Direct from Instagram, la nouvelle application de messagerie s’inspire fortement de l’ergonomie de Snapchat. Les utilisateurs atterrissent sur un écran caméra pour les inciter à partager du contenu photo ou vidéo. En faisant glisser ce premier écran sur le côté, les utilisateurs ont alors accès aux messages privés.

Les messageries privées, de plus en plus utilisées, concurrencent nettement les réseaux sociaux. 500 millions de personnes utilisaient l’application Facebook Messenger lors de sa première année d’existence, en 2014 ; elle affiche désormais plus de 1,2 milliard d’utilisateurs. Le choix des pays tests de Direct from Instagram n’est donc pas anodin puisqu’Instagram y est l’un des réseaux sociaux les plus utilisés.




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité média facile à consulter
En savoir plus