Media Week Report 23 novembre

Cette semaine, Snapchat, qui se présente désormais, en particulier avec le lancement des Shows en France, comme la nouvelle télévision des Millennials, s’invite dans le Media Week Report. Coup de projecteur, donc, sur ce nouvel « acteur essentiel de l’écosystème média en France », comme le dit Emmanuel Durand, PDG France de Snapchat. Autre acteur sous les feux de la rampe cette semaine, Google et son lobbying contre la directive européenne sur le droit d’auteur. Scintillant également, dans les lumières de Noël cette fois, Instagram qui lance de nouvelles fonctionnalités shopping alors que la saison des fêtes approche.  

 

mwr23nov 


Avec le lancement des Shows en France, Snapchat s’affirme comme la nouvelle télévision des Millennials

Snapchat lance en France les Shows, un format vidéo apparu en 2016 aux Etats-Unis. Façon émissions de télévision conçues spécialement pour les mobiles et filmées à la verticale (petits programmes quotidiens ou hebdomadaires, dans l’aire du temps, de type documentaires, reportages ou émissions de cuisine, formatés pour les 18-35 ans, dont les formats courts – de 3 à 7 minutes – disparaîtront au bout de 24 heures), les Shows sont accessibles depuis Discover, et se mélangent aux fils Snapchat du Monde ou de Paris-Match.

Pour lancer ce format en France, Snapchat a signé des partenariats avec 13 médias et boîtes de production – tels que France Télévisions, M6, BFM TV, Loopsider, Webedia, Konbini News et l'Olympique de Marseille – qui produiront 18 Shows.

« Nous ne voulons plus uniquement être considérés comme un réseau social pour jeunes », a expliqué Emmanuel Durand, PDG France de Snapchat, comme l’indique La Tribune. « Il n'y a aucune viralité des contenus sur Snap […]. Nous voulons proposer des contenus sélectionnés et vérifiés grâce à des partenaires fiables », a-t-il ajouté. « Nous voulons proposer une multiplicité des points de vue, contrairement à certains fils d'actualité qui enferment les utilisateurs dans des chambres d'écho » avec, pour objectif, de créer la « télévision pour la génération Snapchat ».

« Notre audience nous voit un peu comme la télévision des Millennials, que l'on retrouve majoritairement chez nous avec un temps d'écran de trente minutes par jour » a d’ailleurs précisé Emmanuel Durand dans une interview pour Stratégies, ajoutant que, d'un point de vue créatif également, Snapchat – qui a développé « des formats publicitaires très immersifs, engageants, avec le son allumé par défaut […] que l'on peut skipper » – est plus proche d'un spot de télévision.

Ce nouveau format permet également, selon Emmanuel Durand, cité par le Siècle Digital, de « confirmer la capacité de Snapchat à accompagner les plus grandes marques médias françaises, qu’elles soient historiques ou qu’il s’agisse de pure-players, dans leur recherche de nouvelles audiences ». En permettant de toucher un public qui utilise le mobile comme source d’accès aux contenus d’information et de divertissement, Snapchat, a-t-il précisé, « est clairement devenu un acteur essentiel de l’écosystème média en France ».  


Google menace de fermer Google Actualités pour faire pression sur l’Europe

Le projet de taxation des liens hypertextes destinés à rémunérer les médias – connu comme étant l’article 11 de la directive européenne sur le droit d’auteur – pose de gros problèmes à Google, qui menace de fermer Google Actualités en Europe.

Interrogé par le Guardian, Richard Gingras, vice-président de Google rattaché aux médias, a évoqué l’éventualité de fermer le service Google Actualités en Europe si le Parlement Européen venait à appliquer cette taxe.

Quand le gouvernement espagnol a mis en place, en 2014, une législation similaire sur la rémunération des liens des articles médias, Google a réagi en fermant Google Actualités dans le pays, a rappelé Richard Gingras, précisant qu’il préfèrerait éviter une telle situation en Europe.

Une chose est sûre : Google intensifie son lobbying contre la directive européenne (en particulier contre les articles 11 et 13), et durcit son bras de fer avec l’Europe.


Instagram sur son trente et un pour le shopping de Nöel

La saison des fêtes approche à grands pas…et Instagram est bien-sûr au rendez-vous ! L’application a lancé le 15 novembre ses nouvelles fonctionnalités shopping.

Tout d’abord, les utilisateurs pourront désormais acheter des produits depuis une vidéo ou des profils professionnels, alors que, jusqu’à maintenant, les marques pouvaient inclure des liens sortant pour simplifier les achats uniquement dans leurs posts et Stories. Le Blog du Modérateur souligne que cette fonctionnalité, lancée hors Etats-Unis en mars, avait été plébiscitée par les entreprises, d’où le choix de la développer ultérieurement.

Ensuite, Instagram proposera aux internautes de créer une liste d’envies personnalisée, la « collection Shopping », ce qui leur permettra de mettre de côté une photo avec le produit qu’ils souhaiteraient acheter, dans le but de différencier les idées d’achats des autres éléments sauvegardés sur la plateforme.

L’entreprise travaille enfin à l’amélioration de l’onglet Boutique des marques, afin de regrouper sur la même page tous les produits proposés dans un profil professionnel. Dans cette optique, d’autres informations, comme le prix ou le nom des produits, seront ajoutées.

Layla Amjadi, product manager auprès d’Instagram, expliqué à Ad Week que toutes ces nouveautés s’adaptent aux deux types de shopping identifiés par la plateforme : le shopping occasionnel et le shopping « organisé » et réfléchi. Les gens, souligne-t-elle, disent toujours que faire du shopping est leur activité préférée sur Instagram.

Le Siècle Digital note que le timing du lancement de ces nouveautés « n’est pas anodin ». Avant Nöel, les utilisateurs sont friands d’achats, ce qui pourrait booster les ventes des entreprises…et leur budget pub consacré à Instagram !

 




Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus