Media Week Report - 31 mai 2019

 

Cette semaine, le Media Week Report revient sur deux acquisitions par les groupes de médias en France. Ainsi, tandis que Canal+ réaffirme ses ambitions internationales avec le rachat du Luxembourgeois M7, Lagardère confirme son désengagement des médias avec la vente de la majorité de son Pôle Télévision au groupe M6. Au menu également : le lancement de podcasts natifs par RTL et  l’introduction des pubs sur WhatsApp à partir de 2020.


Ça bouge du côté des médias en France

Le groupe Canal+ rachète le distributeur de chaînes M7, basé à Luxembourg, pour un montant légèrement supérieur à 1 milliard d’euros. Présent dans sept pays européens (Belgique, Pays-Bas, Autriche, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie et Roumanie), M7 distribue des chaînes comme Disney Channel, HBO, Eurosport et National Geographic au Benelux et en Europe centrale.

Pour Canal+, qui fait face à une érosion de son parc d'abonnés en France, cette acquisition – la plus importante depuis l’acquisition de TPS, selon le président du directoire Maxime Saada – représente une opportunité de développement à l'international – le groupe étant déjà présent en Pologne, au Vietnam et en Afrique. Cette acquisition, précise Maxime Saada, « vise à déployer notre modèle sur des territoires où le groupe Canal+ n’était pas présent ».

Outre la complémentarité géographique, ce rachat a l’avantage d’offrir un nouveau débouché au groupe Canal+. M7 étant un groupe de distribution pur et ne produisant aucun contenu, Canal+ trouve ainsi un nouveau moyen de valoriser ses créations originales, ses nouveaux films ainsi que son catalogue de 6 000 titres StudioCanal. « Cela nous permet d’amortir les 3 milliards d’euros que nous investissons dans les contenus, dont 500 millions dans le cinéma, sur une base d’abonnés plus large. C’est tout le jeu des plateformes globalisées comme Netflix ou Amazon. En nous approchant des 20 millions d’abonnés, nous atteignons une masse critique qui nous permet de jouer durablement face à ces acteurs », affirme Maxime Saada, comme le rapporte Le Figaro.

De son côté, le groupe Lagardère – poursuivant son processus de désengagement des médias – a cédé la majorité de son Pôle Télévision (à l’exclusion de la chaîne Mezzo), dont la chaîne gratuite Gulli et les chaînes payantes Canal J et Tiji, pour 215 millions d'euros au groupe M6. A terme, Lagardère ne souhaite conserver, dans les médias, que Paris Match, Le Journal du Dimanche et Europe 1.


Essor des podcasts : quand la télé s’en mêle…

Les chaînes de télé traditionnelles se lancent de plus en plus sur le marché très prometteur des podcasts. Dernière en date, la société de production du groupe M6, RTL Originals, qui a lancé lundi 27 mai cinq podcasts inédits sur les onze prévus d’ici le 27 juillet.

Loin d’être juste une extension de la radio commerciale RTL, ces podcasts dépassent le clivage traditionnel entre radio et télé. « L’idée est que le savoir-faire de RTL dans l’audio porte l’ensemble du groupe M6 », explique au Figaro Antoine Daccord, directeur Radios et Informations en charge du digital. Et de souligner que « le podcast natif est dans le prolongement de la transformation numérique de RTL ».  Ce lancement s’inscrit dans le sillage d’autres chaînes françaises, rappelle Les Echos. TF1 propose depuis un an des podcasts autour de l’information, avec des journalistes de LCI, alors que France Télévisions a lancé cet hiver des podcasts autour de ses deux feuilletons à succès « Plus belle la vie » et « Un si grand soleil » et Canal+ diffuse des podcasts sur « Engrenages ».

Le Monde rappelle toutefois que l’avenir de ce marché demeure incertain, car le podcast natif représente seulement 0,7% du volume total d’écoute sur une journée. « Les annonceurs sont intéressés… mais ils attendent des audiences plus puissantes », confirme aux Echos Nicolas Capuron, directeur des nouveaux business digitaux chez TF1. Le Figaro rappelle ainsi que, malgré les faibles usages, les podcasts touchent une cible privilégiée pour les annonceurs, les jeunes urbains CSP+. M. Daccord confirme que le sponsoring des émissions est à l’étude, ainsi que des podcasts « en marque blanche » pour des tiers.


De la publicité sur WhatsApp dès 2020

Lors du Facebook Marketing Summit aux Pays-Bas, Facebook a annoncé que le service de messagerie WhatsApp, qui compte plus d’un milliard d’utilisateurs, verra la publicité débarquer en 2020, confirmant ainsi – selon le Blog du Modérateur – la monétisation progressive de WhatsApp annoncée il y a quelques mois, annonce qui avait provoqué le départ de son cofondateur Brian Acton.

Les publicités apparaitront non pas dans le fil des conversations, mais dans les Status – l’équivalent WhatsApp des Stories de Snapchat ou d’Instagram. Les publicités s’afficheront en plein écran et, si l’utilisateur est intéressé par le produit, il n’aura plus qu’à balayer l’image vers le haut pour en savoir davantage.

WhatsApp Business va également s’enrichir d’options supplémentaires pour les entreprises. À l’image de la nouvelle fonction d’Instagram qui facilite l’achat directement depuis l’application, les pubs WhatsApp incluront un lien redirigeant vers le site internet de la marque. Les entreprises pourront également afficher tout leur catalogue de produits directement dans l’application. Faire du shopping tout en parlant à ses amis sans quitter la messagerie sera donc bientôt possible !



Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus