Media Week Report - 5 avril

  

Cette semaine, le Media Week Report présente l’opération séduction tous azimuts de Facebook, et revient sur les ambitions d’Amazon dans la publicité vidéo sur mobile. En France, le groupe Les Echos fait peau neuve, avec une refonte du site et du journal papier.

  

Facebook multiplie les annonces dans l’espoir d’apaiser les inquiétudes

  

Dans une tribune publiée par plusieurs journaux, dont The Washington Post aux Etats-Unis ou le Journal du Dimanche en France, Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, appelle les pouvoirs publics dans le monde à jouer un « rôle plus actif » pour réguler Internet.

« Faire évoluer la régulation d'Internet nous permettra de préserver ce qu'Internet a de meilleur – la liberté pour les gens de s'exprimer et l'opportunité pour les entrepreneurs de créer – tout en protégeant la société de préjudices plus larges », indique-t-il.

Pour lui, il faut de nouvelles règlementations dans quatre domaines clés – les contenus violents et haineux, l'intégrité des élections, la protection de la vie privée et la portabilité des données – domaines dans lesquels Facebook a été plusieurs fois critiqués.

Mark Zuckerberg demande notamment à davantage d'Etats de s'inspirer des règles européennes en matière de protection de la vie privée (RGPD).

Quant aux élections, Mark Zuckerberg note que les lois existantes sur la publicité politique en ligne concernent principalement les candidats et les élections, « plutôt que les sujets politiques qui divisent et sur lesquels nous avons constaté plus de tentatives d'interférence ». Aussi appelle-t-il à une modernisation de la législation afin qu'elle reflète « la réalité des menaces actuelles ».

Facebook a d’ailleurs récemment annoncé un dispositif anti-ingérence en vue des élections européennes. Déployés depuis l'an dernier dans des pays où se sont tenues des élections, notamment lors des mid-terms aux États-Unis, au Brésil ou en Inde, ces outils obligeront toute personne ou entité qui veut diffuser au sein de l'UE des publicités sur Facebook et Instagram en lien avec les élections (qu'elles fassent référence à des candidats ou des listes, ou à des thèmes politiques plus généraux) à suivre une procédure d'autorisation, indique Europe 1. Selon The Guardian, Facebook commencera à bloquer toutes les publicités politiques provenant de sources non vérifiées à partir de mi-avril.

Autre cheval de bataille : la transparence. « Nos utilisateurs nous ont indiqué que la transparence au niveau des algorithmes du fil d’actualité n’était pas suffisante sans les contrôles associés. Ils voulaient pouvoir agir, c’est pourquoi nous avons facilité la gestion de ce qui s’affiche dans le fil d’actualité », explique Facebook, alors que le groupe introduit une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de comprendre pourquoi une publication apparaît sur leur fil d’actu.

Enfin, selon Stratégies,  La Tribune et Les Echos, Facebook travaillerait à la création d’un page d’actualité de qualité, dédiée aux informations provenant de médias reconnus. L'objectif ? Soutenir financièrement le journalisme «de haute qualité et digne de confiance ». Une belle opération séduction…presqu’un programme !

  

Amazon souhaite investir dans la publicité en ligne

 

Selon Bloomberg, Amazon – le géant du e-commerce – souhaite investir dans la publicité en ligne et serait sur le point de créer un nouveau format de publicité vidéo au sein même de son application mobile.

Des tests seraient en cours depuis plusieurs mois sur iOS, le système d’exploitation d’Apple, et pourraient permettre à Amazon de lancer ce système de publicité en ligne dans les semaines à venir, avant un lancement sur Android, le système d’exploitation de Google, plus tard dans l’année.

En pratique, ces publicités vidéo apparaîtront dès que les utilisateurs effectueront des recherches de produits ou de services sur leur application mobile Amazon., un lieu de passage pour des nombreux consommateurs américains, selon Les Echos. Amazon ambitionnerait ainsi de concurrencer Facebook et YouTube sur le juteux marché de la publicité vidéo sur mobile, qui représente 16 milliards de dollars aux Etats-Unis et qui pourrait atteindre 25 milliards de dollars en 2022.

  

Le groupe Les Echos mise tout sur le digital

  

Le quotidien Les Echos emprunte désormais le virage digital avec conviction. Mardi 2 avril, le groupe Les Echos - Le Parisien a ainsi annoncé une refonte d’envergure lors d’une conférence de presse.   

Cette opération, qui concerne le site Internet ainsi que la maquette du journal papier, a requis dix-huit mois de travail et un investissement de 2 millions d’euros sur deux ans, les principaux chantiers étant le nouveau CMS, un téléchargement des pages plus rapide et des outils d’exploitation des données plus performants. Selon Bérénice Lajouanie, cette initiative vise à « offrir des emplacements publicitaires mieux positionnés et à plus forte valeur ajoutée sur notre site Internet et, bien sûr, à développer et mieux fidéliser le portefeuille d'abonnés ».

L’expérience utilisateur est une priorité pour le journal, qui s’est inspiré de la stratégie de Netflix et Spotify. « On se doit d’être performants dans cette expérience, car on est en concurrence avec des plateformes nées récemment », souligne le PDG Pierre Louette. Deux version du portail du quotidien seront proposées : une pour les abonnés – plus de 45 000 – qui pourront profiter d’un espace « haut de gamme », l’autre pour les visiteurs occasionnels.

Quant au format papier, il bénéficiera lui aussi d’une mise en beauté, souligne Challenges, le logo historique du titre dans les dernières pages étant par exemple réinterprété chaque semaine par un nouvel illustrateur.

D’autres initiatives – comme un podcast quotidien qui sera diffusé avant l’été, et une newsletter sur l’industrie automobile – verront bientôt le jour.

 

 



Search article


Découvrez...


Revue médias et synthèse : votre actualité médias facile à consulter
En savoir plus